NOUVELLES
05/03/2014 12:35 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Bruxelles annonce un plan d'aide de 11 milliards d'euros à l'Ukraine

La Commission européenne a présenté mercredi un plan d'aide massif "d'au moins 11 milliards d'euros" en faveur de l'Ukraine, à la veille du sommet européen extraordinaire sur la crise dans ce pays.

"Ceci est notre contribution au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement. Au total, l'ensemble des mesures pourrait représenter un soutien d'au moins 11 milliards d'euros pendant les deux prochaines années, provenant du budget de l'UE et des institutions financières européennes", a déclaré le président de l'exécutif européen, José Manuel Barroso.

Il a appelé les Etats membres de l'UE, les institutions financières et tous les autres "partenaires" de la communauté internationale à "apporter leur contribution". "Il est dans le plus haut intérêt de l'Europe d'avoir la paix et la stabilité en Ukraine, et c'est important pour la stabilité globale", a-t-il affirmé au cours d'un point de presse.

M. Barroso a espéré que les Etats membres "resteraient unis et engagés" dans la réponse à cette crise. "C'est le première fois en Europe que nous avons une réelle perception d'une menace", a estimé M. Barroso.

Mardi, les Etats-Unis avaient offert de donner un milliard de dollars dans le cadre d'un prêt international.

Dans le détail, le programme d'aide de la Commission comprend 1,6 milliard de prêts dans le cadre de l'assistance macroéconomique, 1,4 milliard de dons, dont 600 millions au cours des deux prochaines années, et trois milliards provenant de la Banque d'investissement européenne (BEI).

Dans le cadre de l'accord d'association que l'ancien régime ukrainien avait refusé de signer fin novembre, il était prévu 610 millions d'euros d'assistance macroéconomique. "Cette somme peut être déboursée très vite, dans les prochaines semaines", a précisé M. Barroso.

Le paiement pourrait s'étaler sur six mois, avec 100 millions immédiatement, 260 millions dans trois mois et une dernière tranche de 250 millions trois mois plus tard, a-t-on précisé de source européenne.

- Accord avec le FMI -

Mais tout versement est dépendant de la signature d'un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) sur des réformes en matière de finances publiques et de fiscalité.

L'Ukraine a évalué ses besoins à environ 35 milliards de dollars (25,5 milliards d'euros) sur deux ans, un chiffre considéré avec prudence par la communauté internationale. Kiev doit déjà rembourser 4,5 milliards de dollars au FMI d'ici à la fin 2015, et a vu un précédent programme d'aide interrompu en 2011 après le report de certaines réformes.

La Commission va aussi mobiliser 250 millions de fonds de la politique de voisinage afin de lever au total 3,5 milliards sous forme de prêts.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) est prête à investir cinq milliards d'euros d'ici à 2020. Mais elle a rappelé dans un communiqué la nécessité pour Kiev de signer un programme de stabilisation avec le FMI, et de "s'attaquer à la corruption endémique".

Pour coordonner les efforts de la communauté internationale, la Commission propose la création d'un "mécanisme spécial de coordination des donateurs" que l'UE est "prête à accueillir".

M. Barroso a confirmé que l'UE était prête à signer avec Kiev l'accord d'association et de libre-échange, ce qui se traduirait par "des millions d'économies" sur les importations, via des baisses de tarifs douaniers. L'UE est donc prête à anticiper sur la ratification de l'accord et à donner immédiatement accès au marché européen aux produits ukrainiens, a-t-on précisé de source européenne.

L'UE peut enfin aider l'Ukraine dans le domaine de l'énergie, notamment en inversant les flux des gazoducs pour lui fournir du gaz, ce qui n'était pas possible lors de la crise de 2009. Mais l'Europe ne va pas payer les factures de gaz impayées, a averti une source européenne.

csg-jlb/may/sym