NOUVELLES
05/03/2014 06:27 EST | Actualisé 05/05/2014 05:12 EDT

Berlin appelle Moscou à renoncer à tout acte qui pourrait déstabiliser l'Ukraine

Le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Seibert a appelé mercredi Moscou à renoncer à tout acte pouvant déstabiliser l'Ukraine, alors que les forces russes ont pris le contrôle partiel de deux bases de lancement de missiles en Crimée.

"La Russie doit renoncer à toute pique qui pourrait conduire à une déstabilisation de l'Ukraine", a déclaré M. Seibert lors d'une conférence de presse régulière, en rappelant que l'Allemagne réclamait le respect de l'intégrité territoriale de cette ancienne république soviétique.

"Il est essentiel que toutes les parties pratiquent la retenue. La condition à un processus diplomatique est que tout soit fait pour la stabilité de l'Ukraine et que l'on renonce à tout ce qui conduit à la déstabilisation", a-t-il ajouté.

"Le gouvernement allemand juge toujours inquiétante la situation en Ukraine. En Crimée, à cause du comportement de la Russie, on a un état de faits inacceptable et en contradiction avec les traités internationaux", a-t-il dit.

Interrogé sur de possibles sanctions contre la Russie, M. Seibert est cependant resté évasif, constatant simplement qu'il n'y avait "depuis lundi aucune évolution positive en Crimée" alors que l'Union européenne a appelé à des mesures de "désescalade" de la part de Moscou.

Il a souligné que des "discussions" étaient toujours en cours sur la mise en place d'un groupe de contact. "Ces discussions ne sont pas interrompues. Elles se poursuivent (...) il est très important que ces discussions progressent avec succès aujourd'hui", a déclaré le porte-parole.

Une porte-parole du ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a rappelé que ce dernier avait déjà prévenu qu'il devrait y avoir des "mesures" de l'UE si la Russie ne s'engageait pas dans une désescalade en Ukraine. "Si les efforts par exemple pour la mise en place d'un groupe de contact n'avancent pas on peut s'attendre à ce que des mesures contre la Russie soient sur la table jeudi au sommet de l'UE", a-t-elle dit.

Les forces russes ont pris le contrôle partiel de deux bases de lancement de missiles en Crimée, bloquant dans l'une d'elles le bâtiment abritant les missiles, ont indiqué mercredi à l'AFP des sources militaires ukrainiennes.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait accusé mardi la Russie de chercher un "prétexte" pour "pouvoir envahir l'Ukraine", et l'a mise en garde contre un risque d'isolement si elle persistait dans sa politique.

Le Parlement russe a donné samedi le feu vert pour une intervention des forces armées russes en Ukraine. En Crimée, des milliers de soldats aux uniformes dépourvus d'identification, mais dont tout indique qu'ils agissent pour le compte de Moscou, ont bloqué des militaires ukrainiens dans leurs casernes.

aro/fjb/abk