Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bain veut que l'État lui avance l'argent pour payer sa défense

L'avocat de Richard Henry Bain a proposé mercredi après-midi que l'État paie ses frais juridiques, mais l'homme de 63 ans qui est accusé de meurtre à la suite de la fusillade au Métropolis en 2012, s'engagerait à tout rembourser une fois qu'il aura payé ses dettes.

Me Jean-Marc Tremblay, qui représente l'homme de 63 ans, a expliqué que son client a les moyens de se payer un avocat, mais qu'il n'a pas les liquidités nécessaires pour l'instant. Le juge Guy Cournoyer a souligné que cela ne s'était jamais fait auparavant et a qualifié la proposition de la défense de « créative ».

Selon l'avocat qui représente le gouvernement du Québec, Julien Bernard, l'accusé a les moyens de payer un avocat. Il aurait présentement 7000 $ dans son compte d'épargne.

La défense de Richard Bain pourrait coûter près de 50 000 $

Par ailleurs, le juge a aussi voulu entendre le procureur de la Couronne quant à la complexité du procès à venir, qui pourrait durer de 10 à 12 semaines. Me Matthew Ferguson a expliqué au juge qu'il serait difficile d'expliquer des notions de droits complexes à un accusé qui se défendrait seul.

Un mort et un blessé

Le 4 septembre 2012, soir des élections provinciales, le présumé auteur de la fusillade a pénétré au Métropolis, à Montréal où avait lieu le rassemblement du PQ qui célébrait sa victoire et celle Pauline Marois.

Alors que la nouvelle première ministre Pauline Marois prononçait son discours, le suspect a fait feu sur deux personnes dans les coulisses atteignant mortellement Denis Blanchette et blessant grièvement Dave Courage, tous deux techniciens de scène.

Avec les informations de Marc Verreault

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.