Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

RDC: la police tire sur une manifestation à Bukavu, plusieurs blessés

Plusieurs personnes ont été blessées jeudi après-midi à Bukavu, dans l'est de la République démocratique du Congo, par des tirs de la police sur une manifestation organisée par le chef d'un parti d'opposition, selon un journaliste de l'AFP.

Le drame s'est produit vers 17h00 (16h00 GMT), alors que Vital Kamerhe, chef de l'Union pour la nation congolaise (UNC) entrait dans la ville avec plusieurs milliers de personnes, a constaté ce journaliste.

Arrivé un peu plus tôt de l'aéroport de Bukavu, capitale de la province du Sud-Kivu, M. Kamerhe et sa "caravane de la paix" ont été accueillis par une centaine de policiers sur la place de l'Indépendance, à l'entrée de la ville, les empêchant d'aller plus loin.

Après voir utilisé des gaz lacrymogènes, les policiers ont tiré sur la manifestation, qui rassemblait plusieurs milliers de personnes, selon l'estimation du journaliste de l'AFP ayant assisté à la scène. Celui-ci a ensuite vu cinq blessés à l'hôpital Celpa de Bukavu.

M. Kamerhe avait entamé mardi à Goma, capitale du Nord-Kivu, une tournée dans l'Est de la RDC, après avoir été empêché à deux reprises par les autorités de quitter Kinshasa.

Il y avait lancé une "caravane de la paix" devant l'amener à sillonner pendant une quinzaine de jours les provinces du Nord et du Sud-Kivu, meurtries par près de vingt années de conflits.

Ex-meilleur allié du président congolais Joseph Kabila - au pouvoir depuis 2001 et reconduit pour un nouveau mandat de cinq ans à l'issue des élections, contestées, de 2011 - M. Kamerhe est aujourd'hui un de ses opposants les plus actifs.

str/mj/de

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.