Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

JO-2014 - L'objet du jour: les cardes des bobeurs

Les bobeurs ont besoin d'une bonne accroche pour pousser leur bobsleigh sur la glace de la piste: ils font confiance à leurs cardes, des chaussures parsemées de plusieurs centaines de pointes spécialement conçues pour eux.

"Ca ressemble à des chaussures de sprint en athlétisme, l'idée c'est de griffer la glace, sans que le talon ne la touche", explique Jérémie Boutherin, le pousseur-freineur du bob à 4 français piloté par Thibaut Godefroy.

"Les pointes en métal sont beaucoup moins longues qu'en athlétisme, comme des pointes de cure-dents. Et il y en a entre 300 et 400 par chaussure. On dirait des mini tapis de fakir", poursuit l'ancien sprinteur.

A la différence d'un 100 mètres sur du tartan, par exemple, les pousseurs du bobsleigh doivent appuyer sur la glace comme des forçats sur leurs 50 mètres de course. Ils doivent être plus en contact avec le sol gelé: "Contrairement au sprint, le temps passé +en l'air+ est du temps perdu sur la poussée", continue le bobeur.

Pour ce faire, les athlètes portent donc leurs cardes très serrées, "à la limite du désagréable comme des chaussons d'escalade" pour avoir de bonnes sensations sur la glace dure comme du béton.

Grâce à ces chaussures, fabriquées uniquement par Adidas, un équipage de bob à 4, dont le traineau pèse au minimum 210 kilos, atteint plus de 40 km/h en fin de poussée, au moment d'embarquer et de se jeter dans le toboggan de glace.

mam/el

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.