POLITIQUE
18/02/2014 12:25 EST | Actualisé 20/04/2014 05:12 EDT

Laïcité: Houda-Pepin rencontre le PQ et la CAQ (VIDÉO)

La députée indépendante Fatima Houda-Pepin affirme que le Parti québécois et la Coalition avenir Québec se sont montrés ouverts et intéressés quant à son projet de loi sur la neutralité religieuse de l'État.

« J'ai reçu une écoute, j'ai reçu un intérêt. »

— Fatima Houda-Pepin

Les élus de Québec solidaire, Françoise David et Amir Khadir, lui ont également manifesté beaucoup d'ouverture, ajoute la députée.

Soulignant le côté inusité de sa rencontre avec le Parti québécois, Mme Houda-Pepin tient à désamorcer les spéculations. « Je ne change pas d'allégeance », dit-elle, ajoutant que c'est en tant que députée « libérale et profondément fédéraliste » qu'elle a rencontré le parti souverainiste.

Lors de sa rencontre avec le PQ, Fatima Houda-Pepin relate qu'elle a tout de suite prévenu le parti qu'ils n'allaient pas s'entendre sur la question des symboles religieux, puisqu'elle est contre une interdiction des symboles « mur-à-mur ». Pauline Marois lui a tout de même signifié son intérêt pour un certain nombre de dispositions dans son projet de loi, mais Mme Houda-Pepin ne précise pas lesquels.

Le projet de loi de Mme Houda-Pepin propose notamment l'interdiction du port du tchador, du niqab ou de la burqa par un membre du personnel de l'État. Il suggère aussi d'interdire aux juges, aux procureurs, aux policiers et aux agents correctionnels de porter un signe religieux ostentatoire.

La députée Houda-Pepin, qui est musulmane, disait encore la semaine dernière qu'elle croyait qu'un compromis était toujours possible dans ce débat.

Mme Houda-Pepin a été exclue du Parti libéral en janvier dernier. Le chef libéral, Philippe Couillard, lui avait lancé un ultimatum : soit elle se ralliait à la position du parti à propos de la laïcité, soit elle quittait le caucus. La députée jugeait que le Parti libéral ne lui donnait plus « la liberté d'action » pour continuer sa lutte contre l'intégrisme religieux.

Questionnée à savoir ce qu'elle pensait du fait que le parti québécois utilisait son nom pour décrédibiliser le leadership de Philippe Couillard, Fatima-Houda-Pepin n'a pas voulu donner raison au PQ. « M. Couillard, il m'a exclue du caucus libéral pour montrer qu'il avait un leadership fort. Je ne suis plus dans le caucus, alors M. Couillard doit avoir un leadership fort », a-t-elle répondu avant de mettre fin à son point de presse.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Hijab, burqa, niqab ou tchador? Voyez les images