DIVERTISSEMENT
18/02/2014 12:19 EST | Actualisé 18/02/2014 12:25 EST

Art souterrain: entre enracinement, identité et culture (PHOTOS)

Courtoisie

Art Souterrain s’est forgé une place enviable dans la programmation culturelle de Montréal, puisque plus de 100 000 visiteurs par jour parcourent l’exposition qui s’étend sur 7 kilomètres, rendant la fameuse ville souterraine, habituellement plutôt grisâtre et terne, cette fois vivante et amusante.

Enracinement, c’est le thème qu’a choisi cette année l’équipe d’Art Souterrain pour présenter sa programmation. Thème d’autant plus fort qu’une visibilité particulière est offerte à des artistes autochtones pour qui c’est plutôt le mot déracinement qui est habituel. Ceci n’est pas étranger au fait que ce soit l’artiste Nadia Myre qui agit à titre de commissaire invitée et qui chapeaute toute la programmation de cet événement d’envergure. Elle-même d’origine algonquine et vivant à Montréal, elle s’intéresse de près, et depuis toujours, à ces questions de perte et d’identité. Très impliquée dans la communauté, elle a été à plusieurs reprises la porte-parole d’événements d’importance autour de la mise en valeur de la culture autochtone.

Interrogations pertinentes donc, particulièrement en cette période de grands questionnements identitaires. Art Souterrain frappe dans le mile et propose une programmation extrêmement variée et originale.

D’abord côté exposition, il y a plus de 123 œuvres réalisées par 93 artistes qui seront exposées, dont 6 d’artistes autochtones qui auront un espace qui leur est dédié. Ceci constitue un large parcours rempli de découvertes que l’on peut, en plus, bonifier à l’aide d’un audioguide extrêmement intéressant ainsi qu’une application mobile incontournable et hyper complète qui permet d’en apprendre plus sur chacune des œuvres.

Tout est à voir, bien sûr, mais on notera plus particulièrement les artistes suivants:

Kevin Lee Burton s’intéresse particulièrement à la langue et la passation des cultures. Sa vidéo S.E.C.K. risque d’être fort intéressante puisqu’elle met en scène de jeunes autochtones qui abordent le sujet.

Sophie Cardin propose des œuvres ludiques et gigantesques faites de carton. Un coup d’œil à son site et vous comprendrez pourquoi ça vaudra certainement le détour.

Rosalie D. Gagné et l’œuvre Règne artificiel, composés de structures gonflables qui réagissent aux spectateurs de façon organique. Intrigant!

Alexis O'hara propose un igloo fait d'haut-parleurs.

Le génial 2FIK propose une réinterprétation de certains chef-d'oeuvres de l'histoire de l'art.

Emmanuel Chieze qui explore le cuir chevelu comme métaphore de l'enracinement.

Ève Cadieux et sa présentation d'objets obsolètes.

Mais c’est, entre autres, du côté de la médiation culturelle que ça bouge énormément chez Art Souterrain; en effet, une tonne d’activités sont proposées au public qui est mis à contribution de plusieurs façons plutôt intéressantes. Art postal, cahiers thématiques à remplir, appareils photo jetables fournis à plusieurs endroits et photos laissées à la discrétion des visiteurs, matériel audiovisuel prêté pour que les étudiants documentent leur parcours, cinéma d’animation, présentations de portfolios et conseils d’artistes établis, etc. Varié vous dites? Que oui.

Petit aperçu donc de cette programmation bien fournie qui, sachez-le, se fait en grande partie bénévolement. L’équipe est d’ailleurs toujours à la recherche de médiateurs de talent. Alors, n’hésitez pas à vous impliquer, que ce soit comme visiteur ou en prenant part à l'aventure!

L’édition 2014 se tiendra du 1er au 16 mars.

Pour toutes les informations, consultez le site web d'Art Souterrain.

EN IMAGES:

Galerie photo Art souterrain: programmation 2014 Voyez les images
Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?