DIVERTISSEMENT
17/02/2014 02:08 EST | Actualisé 17/02/2014 02:09 EST

«Série noire»: le surprenant contre-emploi de Martin Drainville

Radio-Canada.ca

Martin Drainville n’est pas un nouveau venu dans le paysage artistique québécois. Pourtant, bien des téléspectateurs ont l’impression de redécouvrir le comédien de Scoop, C’t’à ton tour Laura Cadieux et Louis 19, le roi des ondes, généralement abonné aux comédies et aux rôles de bons gars, grâce à son personnage de Bruno, un proxénète manipulateur et dangereux, propriétaire d’un salon de massage, dans Série noire. Un contre-emploi absolument savoureux, dans lequel Drainville a plongé avec bonheur.

«Heureusement que c’est un contre-emploi, a ricané l’acteur, interviewé sur le tapis rouge de la première montréalaise du Coq de St-Victor, dimanche. C’est une belle aventure, une belle proposition de Jean-François Rivard, le réalisateur et auteur de la série, d’avoir pensé à moi pour ce rôle-là.»

Martin Drainville affirme ne pas avoir tergiversé lorsque Jean-François Rivard et François Létourneau, les créateurs de Série noire, l’ont approché pour lui offrir d’emblée d’interpréter Bruno, sans lui imposer d’audition.

«Je leur ai demandé s’il étaient sûrs de leur affaire, parce que ce n’est pas le genre d’emploi qu’on me donne habituellement, a-t-il raconté. Mais je n’ai pas du tout hésité. Moi, je me fie beaucoup à ma réaction quand je lis un scénario pour la première fois. Quand on recevait les textes, on les dévorait, on avait hâte de voir la suite!»

Encourager l’audace

L’artiste a refusé de dévoiler si Bruno continuera de rôder longtemps dans l’entourage des antihéros Denis (François Létourneau) et Patrick (Vincent-Guillaume Otis), et de la prostituée Charlène (Anne-Élisabeth Bossé). Impossible de savoir non plus si «l’homme d’affaires» sera des intrigues de Série noire jusqu’à la fin de la saison (il reste sept épisodes, en incluant celui de ce lundi). Mais Martin Drainville a exprimé le souhait de voir le public s’intéresser encore davantage à l’univers complètement déjanté de Série noire. Car, malgré des cotes d’écoute décevantes, la fiction fait énormément jaser sur les réseaux sociaux, et ses artisans s’en font beaucoup parler, à tous les jours.

«Peut-être qu’on n’a pas trouvé l’angle pour présenter la série avant que ça commence, a avancé Martin en guise d’hypothèse. Il y a beaucoup d’humour dans Série noire, ce qu’on ne pouvait peut-être pas soupçonner quand on regardait les bandes-annonces. C’est ma petite théorie personnelle à moi; elle vaut ce qu’elle vaut!»

«Mais c’est une écriture extrêmement originale, a-t-il poursuivi. Vraiment, je souhaite que les fidèles restent fidèles, et qu’il s’en ajoute d’autres au fil du temps. Parce que ça vaut la peine d’encourager l’audace, si je peux m’exprimer ainsi.»

Série noire tient l’antenne d’ICI Radio-Canada Télé, le lundi, à 21h. Présentement, Martin Drainville joue aussi dans LOL, sur les ondes de TVA, et collabore à l’occasion aux textes de la comédie, sur une base volontaire. On pourra entendre sa voix dans le film d’animation québécois Le Coq de St-Victor, qui prendra l’affiche ce vendredi, et dans lequel il interprète l’Italien Antonio.

Enfin, le comédien est à la tête du Théâtre du Vieux-Terrebonne, avec ses associés et bons amis Luc Guérin et Benoît Brière. Cet été, le trio montera La monnaie de la pièce, une création de Didier Caron et Roland Marchisio, mise en scène par Benoît Brière, et qui mettra en vedette, en plus de Martin Drainville et Luc Guérin, Patrice Coquereau, Didier Lucien, Bruno Marcil, Marie-Hélène Thibault, Pierrette Robitaille et Julie Ringuette.

À VOIR AUSSI:

Galerie photo Quelles séries regardez-vous en 2014? Voyez les images

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.