NOUVELLES
16/02/2014 03:01 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

Sotchi 2014: Jan Hudec mérite la médaille de bronze au super-G

Canada's Jan Hudec celebrates his second place after completing an alpine ski, men's World Cup super-G, in Crans Montana, Switzerland, Friday, Feb. 24, 2012. (AP Photo/Alessandro Trovati)
ASSOCIATED PRESS
Canada's Jan Hudec celebrates his second place after completing an alpine ski, men's World Cup super-G, in Crans Montana, Switzerland, Friday, Feb. 24, 2012. (AP Photo/Alessandro Trovati)

KRASNAÏA POLIANA, Russie - Dernier skieur à s'engager dans la zone mixte, Jan Hudec s'entretenait avec un dernier groupe de journalistes quand Paul Kristofic est venu l'enlacer. Puis, le vice-président de Canada Alpin lui a remis un huard. Une pièce d'un dollar que Hudec avait lui-même enfouie sous la ligne d'arrivée la veille.

«Je vais peut-être maintenant la vendre aux enchères sur le web», a lancé à la blague Hudec, qui est devenu le premier Canadien en 20 ans à décrocher une médaille olympique en ski alpin, dimanche, quand il a raflé le bronze à l'occasion du super-G masculin des JO de Sotchi.

«Non, je vais plutôt la garder à la maison. Elle va aller quelque part sur le comptoir de la cuisine chez ma mère», a-t-il ajouté, un tantinet plus sérieux.

Quelques minutes plus tôt, Hudec avait pris son cellulaire pour tenter d'expliquer à Kristofic où se trouvait la pièce de monnaie.

«Je lui fais faire le sale boulot!, a lancé le skieur. Je vais peut-être devoir retourner l'aider.»

Hudec a raconté qu'après avoir reçu la pièce en question en provenance du Canada — une initiative de l'ancienne skieuse Kerrin-Lee Gartner et de Max Gartner, le président sortant de Canada Alpin —, il est allé la mettre sous la ligne d'arrivée après la deuxième manche d'échauffement, samedi.

«C'est une tradition à Lake Louise, car quelqu'un place toujours un huard sous la ligne d'arrivée, a dit Hudec en parlant de l'étape canadienne de la Coupe du monde. Dire que j'ai failli oublier de le faire ici!»

Hudec a pris le troisième rang à égalité avec Bode Miller, à 0,53 seconde du vainqueur, le Norvégien Kjetil Jansrud (1:18,14), et à 0,23 seconde du médaillé d'argent, l'Américain Andrew Weibrecht. Hudec en était à sa première médaille olympique en carrière et Miller, sa sixième.

«L'égalité, je vais la prendre, à moins qu'on ne coupe la médaille en deux», a lancé Hudec, après avoir expliqué à quel point il s'est servi de l'exemple de Miller comme inspiration, cette saison, alors qu'il vivait de son côté cinq semaines d'enfer en raison de maux de dos.

«De voir Bode redevenir Bode cette saison, à son âge (36 ans)... C'était inspirant de le voir rester aussi patient dans sa quête pour retrouver la santé.»

La carrière de Hudec a été parsemée de plusieurs blessures — il a notamment subi six opérations au genou droit et une au genou gauche —, ce qui explique pourquoi l'Albertain de 32 ans n'a que cinq podiums en Coupe du monde. Il avait déjà affiché son potentiel en 2007, alors qu'il avait terminé deuxième en descente aux championnats du monde.

«Si on regarde les statistiques, on aurait pensé qu'il n'avait aucune chance aujourd'hui, a souligné Érik Guay, qui a chuté quelques mètres avant la ligne d'arrivée alors qu'il tentait de rattraper le temps perdu plus haut. Mais je connais Jan depuis longtemps et je sais qu'il a la capacité impressionnante de retrouver sa concentration avant une course et de profiter des occasions qui se présentent à lui.

«Je ne sais pas si j'aurais parié sur lui avant la course, mais je sais que je ne devrais jamais parier contre lui.»

Hudec est le premier skieur canadien à accéder au podium depuis qu'Edi Podivinsky a raflé le bronze en descente en 1994 à Lillehammer. Il est seulement le troisième homme du Canada à décrocher une médaille en ski alpin. L'autre est Steve Podborski, qui a obtenu une médaille de bronze en descente en 1980 à Lake Placid.

«J'espérais que la léthargie prenne fin aujourd'hui, mais on ne sait jamais en ski alpin, a noté Podborski, le chef de mission de la délégation canadienne à Sotchi, qui a assisté au super-G dimanche. Étais-je convaincu que les gars réussiraient? Non. Avais-je de l'espoir? Certainement, parce qu'ils ont assez de talent pour gagner une médaille à chaque course.»

Malgré une méforme attribuable aux maux de dos qui l'ont empêché de skier régulièrement depuis plus d'un mois, Hudec a expliqué qu'il a pris «tous les risques imaginables» durant sa descente.

«Et ç'a payé, a-t-il souligné. J'ai réussi à avoir assez de force mentale pour être prêt pour la course, en dépit de toutes les choses qui sont mal allées depuis cinq semaines. C'est le leçon à retenir: peu importe à quel point tout semble pourri autour de vous, il faut continuer de chercher les occasions de s'en sortir.»

Un deuxième skieur canadien s'est faufilé parmi le top-10: Morgan Pridy, de Whistler, en C.-B., qui a terminé au 10e rang à 1,05 seconde de Jansrud. Le meilleur résultat de l'athlète de 23 ans jusqu'ici en Coupe du monde était une 21e place.

«C'est la deuxième belle histoire du jour, a souligné Podborski. Il fait partie de la prochaine génération.»

Guay, qui ne disputera pas les épreuves techniques cette semaine, est toujours en quête d'une première médaille olympique après avoir participé à trois JO. Même s'il a été champion du monde et qu'il a un total de 21 podiums en Coupe du monde, un record canadien, il n'est pas encore arrivé à afficher un niveau de forme suffisant pendant la quinzaine olympique.

«J'ai vite senti que je manquais de synchronisme, a dit le skieur de Mont-Tremblant de sa descente. J'entreprenais chaque virage ou bien trop vite, ou bien trop tard. Je n'avais pas la fluidité qu'il faut avoir pour être vraiment rapide.

«J'ai d'ailleurs senti à l'entraînement que mon ski n'était pas tout à fait là. Mais rendu à la course, on se dit que ça va aller quand même.»

L'autre Canadien inscrit, Manuel Osborne-Paradis, de North Vancouver, en C.-B., s'est contenté d'une égalité en 24e place, à 2,05 secondes du vainqueur.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photoSotchi 2014 en photos Voyez les images