NOUVELLES
16/02/2014 10:39 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

Matteo Renzi devrait être nommé premier ministre de l'Italie lundi

ROME - Matteo Renzi doit se présenter, lundi, au palais présidentiel, où il devrait recevoir l'ordre de former un nouveau gouvernement et devenir le plus jeune premier ministre de l'histoire de l'Italie.

Le premier défi du leader du Parti démocrate, qui est âgé de 39 ans, sera de mettre sur pied une coalition suffisamment solide pour relancer l'économie, créer des emplois et pousser le Parlement à adopter des réformes électorales qui rendront le pays plus facile à gouverner.

La rencontre entre Matteo Renzi et le président Giorgio Napolitano a été annoncée dimanche par le bureau de ce dernier.

Grâce à des manoeuvres en coulisses au sein de son parti, M. Renzi a orchestré l'effondrement du gouvernement du premier ministre Enrico Letta, survenu la semaine dernière.

Quelques jours avant que les membres du Parti démocrate n'utilisent un vote de censure pour forcer M. Letta à démissionner, vendredi, l'ambitieux maire de Florence avait assuré au premier ministre qu'il n'avait rien à craindre, promettant qu'il ne tenterait d'obtenir son poste que par le biais d'un scrutin.

S'il est nommé premier ministre lundi, Matteo Renzi sera le plus jeune politicien à exercer cette fonction en Italie depuis la création de la République italienne, après la Deuxième Guerre mondiale.

Les détracteurs de M. Renzi ont souligné que Benito Mussolini était aussi âgé de 39 ans lorsque le roi d'Italie lui a demandé de former un gouvernement en 1922.

Dans le cas où il deviendrait premier ministre lundi, le chef du Parti démocrate devra essayer de forger un gouvernement de coalition avec les partis de centre et de centre droit puisque sa propre formation ne peut constituer une majorité fiable dans les deux chambres du Parlement.

Il devra ensuite gagner plusieurs votes de confiance afin de prouver à ses collègues qu'il est l'homme tout désigné pour occuper le siège de premier ministre et sortir le pays du marasme économique.

Plus tôt dimanche, Angelino Alfano, le leader des troupes de centre droit au sein de la coalition d'Enrico Letta, avait annoncé aux membres de son parti qu'il allait exiger certaines promesses de la part de Matteo Renzi avant de lui accorder son soutien.

M. Alfano, qui était ministre de l'Intérieur sous M. Letta, a exhorté M. Renzi à dévoiler son programme. Il a affirmé que l'appui de sa petite formation, qui a coupé les ponts avec l'ancien premier ministre conservateur Silvio Berlusconi l'an dernier, serait «décisif».