NOUVELLES
16/02/2014 12:22 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

Les combattants de retour de Syrie sont une menace pour le Royaume-Uni (secrétaire d'Etat)

Les combattants de retour de Syrie représentent un "gros problème de sécurité" pour le Royaume-Uni, a estimé dimanche le secrétaire d'Etat britannique à l'Immigration et la Sécurité, James Brokenshire.

"Je pense que nous allons être confrontés à une situation où on va devoir rester concentrer, dans les prochaines années, sur la menace potentielle en provenance de Syrie", a déclaré M. Brokenshire sur la BBC. C'est "un gros problème" auquel sont confrontés les services de renseignement et la police au Royaume-Uni, a-t-il ajouté.

"C'est la raison pour laquelle ils (ces services) restent vigilants, ils prennent des mesures pour contrôler les allées et venues vers la Syrie afin d'assurer notre sécurité nationale et veiller à ce que les individus identifiés comme liés au terrorisme soient jugés", a-t-il encore dit, affirmant que la Syrie était devenue "la destination jihadiste numéro 1 dans le monde".

La police anti-terroriste britannique a effectué cette semaine une perquisition dans la maison d'une personne présentée par son entourage comme un chauffeur routier, Abdul Waheed Majid, parti en août en mission humanitaire auprès des réfugiés syriens en Turquie.

L'homme, rebaptisé du nom de guerre de Abu Suleiman al-Britania, a été présenté sur plusieurs sites jihadistes comme "le premier kamikaze britannique" sous la bannière du Front al-Nosra, un groupe affilié à Al-Qaïda. Il aurait conduit en février un camion bourré d'explosifs sur la prison d'Alep (nord de la Syrie), enjeu de combats acharnés entre troupes du régime de Bachar al-Assad et opposants armés.

Selon une vidéo postée vendredi soir sur YouTube mais non authentifiée, le Britannique, présenté par des médias britanniques comme Abdul Waheed Majid, apparaît à proximité d'un camion dont la carrosserie a été amplement modifiée.

Selon les estimations officielles, 200 à 300 Britanniques combattraient dans les rangs des rebelles en Syrie, pays en proie à une guerre civile depuis trois ans. Le conflit a fait plus de 140.000 morts selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une organisation non-gouvernementale syrienne qui s'appuie sur un large réseau de sources médicales et de militants à travers le pays.

bed/plh