NOUVELLES
16/02/2014 06:45 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

La compagnie aérienne Austrian Airlines reprend ses vols vers l'Iran

La compagnie aérienne autrichienne Austrian Airlines (AUA) reprendra en mars ses liaisons vers l'Iran après plus d'un an d'interruption faute de rentabilité, ont rapporté dimanche les médias iraniens citant un responsable de l'aviation civile iranienne.

La reprise des liaisons le 11 mars au départ de Vienne intervient en raison de "la stabilité retrouvée" en Iran, a pour sa part expliqué Austrian Airlines sur son site internet.

Les liaisons reprendront à raison de cinq vols par semaine entre Vienne et Téhéran, a précisé un haut responsable de l'Organisation de l'aviation civile iranienne, Mohammad Khoda-Karami.

Selon la compagnie autrichienne, les vols vers Téhéran avaient été suspendus en janvier 2013 "pour des raisons commerciales, notamment en raison de la forte inflation de la monnaie iranienne, le rial, et des effets liés aux sanctions économiques et politiques en vigueur en Iran".

L'Iran est soumis à des sanctions internationales, soupçonné par les Occidentaux et Israël de vouloir se doter de la bombe atomique sous couvert de son programme nucléaire qu'il affirme être exclusivement pacifique.

Pour les compagnies aériennes, la situation s'était fortement dégradée à la suite de la décision du gouvernement iranien, à l'automne 2012, de les exclure du bénéfice du cours officiel du rial (12.285 rials pour un dollar) pour le réserver aux administrations ou à quelques entreprises importatrices dans des secteurs-clés pour le pays. Sur le marché parallèle, le dollar avait atteint 38.000 rials début 2013.

Sous l'impulsion du nouveau président Hassan Rohani, Téhéran a conclu en novembre un accord historique avec les grandes puissances sur un gel de ses activités nucléaires sensibles en échange d'une levée partielle des sanctions qui étranglent son économie.

Le gouvernement a également stabilisé la valeur du rial sur le marché parallèle (à près de 30.000 rials pour un dollar) et réussi à faire passer l'inflation sous la barre des 40%, selon la Banque centrale iranienne.

Seule une poignée de grandes compagnies occidentales continue de desservir Téhéran, dont Lufthansa, Alitalia, Turkish Airlines et Aeroflot.

cyj/faa