NOUVELLES
16/02/2014 11:26 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

Echec des négociations sur la Syrie: Kerry dénonce "l'obstruction" de Damas

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a dénoncé dimanche "l'obstruction" dont a fait preuve le régime du président syrien Bachar al-Assad, après l'échec des négociations à Genève entre l'opposition et les représentants de Damas.

"Personne n'a été surpris de constater que les discussions ont été difficiles (...), mais il devrait être clair aux yeux de tous que l'obstruction du régime Assad a rendu les progrès encore plus difficiles", a déclaré M. Kerry dans un communiqué.

A l'inverse, il a loué l'opposition pour son "courage" et son "sérieux" au cours de ces négociations qui n'ont toutefois permis aucune avancée.

Dans une allusion à peine voilée à la Russie, il a aussi appelé les "soutiens du régime" à faire pression sur Damas pour qu'il mette fin à son "intransigeance dans les pourparlers et à ses méthodes brutales sur le terrain", à l'instar des barils d'explosifs largués sur des quartiers d'Alep, la grande ville du nord de la Syrie.

En mettant fin samedi aux pourparlers, le médiateur des Nations unies Lakhdar Brahimi, s'est dit "tout à fait désolé" et s'est excusé "auprès du peuple syrien dont les espoirs étaient si grands" que ces pourparlers puissent porter des fruits, près de trois ans après le début du conflit qui a fait plus 140.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Depuis le début des négociations en janvier à Genève entre régime et opposition sous l'égide de l'ONU, pas moins de 6.000 personnes ont été tuées, selon l'OSDH.

M. Brahimi n'a fixé aucune date pour une reprise du dialogue. Mais John Kerry a lui parlé de "suspension" qui devrait permettre aux deux camps et à la communauté internationale de "déterminer la façon de mettre au mieux cette période à profit et faire en sorte que la reprise (des négociations) permette de trouver une solution politique à cette horrible guerre civile".

gde/ico

PLUS:hp