NOUVELLES
16/02/2014 08:23 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

Centrafrique: les troupes européennes sur place en mars (Paris)

L'Union européenne commencera en mars à déployer ses troupes en Centrafrique, a indiqué dimanche le ministre français délégué aux Affaires européennes Thierry Repentin.

"Il y aura en mars, dans quelques semaines, en République centrafricaine, plusieurs centaines de troupes venant de plusieurs pays de l'Union européenne (UE). C'est une avancée majeure", a déclaré M. Repentin, dans l'émission Internationales de TV5 Monde-Le Monde-Radio France Internationale.

L'UE envisage de déployer un millier de soldats en Centrafrique pour aider à rétablir l'ordre dans ce pays plongé dans le chaos, avait annoncé vendredi la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, sans donner de date.

Des diplomates européens avaient précisé qu'il était prévu que la force européenne se déploie à Bangui à partir de mars.

Evoquant le mois de mars, M. Repentin a dit ne pas pouvoir être plus précis "parce qu'il y a encore des négociations dans chacun des pays".

"Que des troupes françaises et européennes soient présentes sous un mandat qui s'appelle Eufor, montre qu'il y a là une vraie inflexion (de l'Union) européenne qui a conscience que ce qui se joue en Afrique intéresse l'Europe", a souligné le ministre. "Ca ne va pas de soi dans l'histoire des pays de l'UE qu'ils se mettent d'accord pour envoyer des soldats venant de leur pays sous un commandement unique européen, c'est une vraie inflexion", a-t-il insisté.

Outre la France, "nation cadre" de l'opération, cinq pays de l'UE ont proposé une contribution "substantielle" à Eufor-RCA (Pologne, Estonie, Lettonie, Portugal, Roumanie), ainsi que la Géorgie, selon des diplomates européens.

L'Espagne envisage aussi une contribution, non précisée, et certains autres pays, européens ou non, pourraient annoncer un soutien logistique, matériel ou financier à Eufor-RCA.

Les militaires européens s'ajouteront à 2.000 Français et à quelque 5.400 soldats de la force interafricaine Misca. A terme, l'ONU envisage de lancer une opération de maintien de la paix mais cela nécessitera un feu vert de l'Union africaine, pour l'instant réticente, et une résolution du Conseil de sécurité.

Le président français François Hollande a décidé vendredi de porter temporairement de 1.600 à 2.000 les effectifs militaires français en Centrafrique. Cet effort supplémentaire de 400 hommes se traduira par le déploiement anticipé de forces de combat et de gendarmes qui participeront ensuite à l'opération militaire de l'UE dès son déploiement.

cr/ial/sd