NOUVELLES
16/02/2014 08:32 EST | Actualisé 18/04/2014 05:12 EDT

Adhésion d'une Ecosse indépendante à l'UE : les propos de Barroso "grotesques", selon Edimbourg

La vice-Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a jugé "grotesque" dimanche la mise en garde du président de la Commission de l'UE, José Manuel Barroso, qui a estimé qu'il serait "extrêmement difficile voire impossible" pour une Ecosse indépendante d'intégrer l'UE.

"C'est une affirmation grotesque", a déclaré Mme Sturgeon dans un communiqué publié quelques heures après les déclarations de M. Barroso à la BBC.

Ce dernier a estimé "extrêmement difficile, voire impossible" pour une Ecosse indépendante d'adhérer à l'Union européenne, dans le cas où cette région britannique deviendrait un Etat à l'issue du référendum du 18 septembre. Il a avancé comme argument la difficulté "d'obtenir l'assentiment de tous les Etats membres (de l'Union européenne) pour intégrer un nouvel Etat issu d'un pays" déjà dans l'UE.

"Le fait est qu'aucun Etat membre n'a dit qu'il mettrait son veto à l'adhésion renouvelée de l'Ecosse" à l'UE, a poursuivi Mme Sturgeon. "L'adhésion d'une Ecosse indépendante à l'UE relève de la volonté démocratique du peuple écossais et de l'avis des autres Etats membres de l'Union, pas de la Commission européenne", a-t-elle insisté.

La vice-Première ministre écossaise a par ailleurs jugé "ridicule" la comparaison faite par M. Barroso entre l'Ecosse et le Kosovo, qui veut se rapprocher de l'UE alors que plusieurs pays de l'Union, dont l'Espagne, n'ont pas reconnu son indépendance.

Contrairement au Kosovo, "l'Ecosse est déjà dans l'UE et l'est depuis quarante ans", dans le cadre du Royaume-Uni, a affirmé Mme Sturgeon.

Les Ecossais doivent se prononcer le 18 septembre pour ou contre l'indépendance de leur province, qui fait partie depuis trois siècles du Royaume-Uni au sein duquel elle jouit d'une forte autonomie.

En cas de victoire du "oui", le gouvernement indépendantiste écossais compte présenter la candidature de l'Ecosse à l'UE. Selon Mme Sturgeon, l'adhésion à l'Union pourra se faire "entre le vote pour l'indépendance et la proclamation de l'indépendance" prévue en 2016 par les autorités écossaises.

"De fait, a conclu Mme Sturgeon, l'adhésion de l'Ecosse à l'UE sera uniquement menacée si nous ne devenons pas indépendants et si le Royaume-Uni organise un référendum sur une sortie éventuelle de l'UE", comme s'y est engagé le Premier ministre David Cameron .

bed/sym