NOUVELLES
15/02/2014 11:54 EST | Actualisé 17/04/2014 05:12 EDT

Venezuela : libération d'étudiants, les manifestations continuent

Les autorités vénézuéliennes ont libéré vendredi 25 étudiants arrêtés pendant les émeutes de cette semaine en attendant leur procès et ont annoncé que 74 autres comparaîtraient devant la justice dans les prochaines heures.

Les manifestants qui reprochent au président Nicolas Maduro la corruption, la criminalité et la hausse du coût de la vie se sont à nouveau mobilisés vendredi dans plusieurs villes du pays.

Dans la capitale, Caracas, de nouveaux heurts ont éclaté lorsque la police antiémeute a eu recours à des canons à eau et à des grenades lacrymogènes pour disperser un millier de jeunes rassemblés sur une place.

Lors d'un rassemblement public télévisé, pendant lequel il est apparu au côté de dirigeants du Parti socialiste au pouvoir, de sportifs et de vedettes du monde du spectacle, Nicolas Maduro a déclaré qu'il ne laisserait pas les manifestants plonger le pays dans le chaos en bloquant les grandes artères.

« Je ne le permettrai pas. Cela suffit! Nous allons les débloquer dans le respect de la loi et nous ne les laisserons pas les bloquer à nouveau », a dit le chef de l'État.

Les protestataires rassemblés sur la place Altamira de Caracas ont promis de poursuivre leur mouvement jusqu'à ce que Nicolas Maduro, élu l'an dernier en remplacement du défunt Hugo Chavez, soit contraint à la démission.

Le chef de l'État a appelé ses partisans à participer à une « marche pour la paix » samedi dans les rues de la capitale.

Il n'a en revanche pas ordonné l'incarcération de l'opposant Leopoldo Lopez, malgré le mandat d'arrêt émis contre lui après les violences de mercredi qui ont fait trois morts après des manifestations organisées par son parti.

« Nicolas Maduro, tu as le courage de venir m'arrêter? Ou bien tu attends des ordres de La Havane? », a lancé vendredi l'opposant radical de 42 ans sur Twitter.