NOUVELLES
15/02/2014 09:14 EST | Actualisé 17/04/2014 05:12 EDT

Syrie : l'ONU suspend les négociations

Le médiateur de l'ONU, Lakhdar Brahimi, a mis fin samedi aux discussions entre l'opposition et le gouvernement syrien, dans l'impasse depuis trois semaines à Genève, sans fixer de rendez-vous pour une reprise des pourparlers.

Au terme de discussions qui n'ont duré que 27 minutes samedi, le diplomate algérien s'est excusé en point de presse du manque d'avancées concrètes lors des deux premières séries de négociations.

« Je suis désolé de dire qu'il n'y a rien de positif que nous puissions retenir », a-t-il estimé à propos de ces négociations sous médiation de l'ONU entamées le 22 janvier sous la pression de la communauté internationale.

« Je pense qu'il est préférable que chaque partie rentre et réfléchisse à ses responsabilités, et [dise] si elle veut que ce processus continue ou non », a déclaré M. Brahimi à la presse.

Selon le diplomate, le point d'achoppement concerne la transition politique, dont le gouvernement de Bachar Al-Assad refuse de parler depuis le début des discussions lundi.

« Le gouvernement considère que la question la plus importante est le terrorisme, l'opposition considère que la question la plus importante est l'autorité gouvernementale de transition. [...] Nous avons suggéré que le premier jour nous parlions de la violence et de combattre le terrorisme, et le second jour de l'autorité gouvernementale, étant bien clair qu'une journée sur chaque sujet ne saurait suffire », a expliqué M. Brahimi.

« Malheureusement le gouvernement a refusé, provoquant chez l'opposition le soupçon qu'ils ne veulent absolument pas parler de l'autorité gouvernementale de transition », a ajouté le médiateur.

Jusqu'à présents, les partis s'étaient uniquement entendus pour permettre aux civils de quitter la ville de Homs, assiégée depuis près de deux ans. Au moins 1370 civils sont sortis de l'enclave rebelle depuis la semaine dernière en vertu d'un accord entre le régime syrien et les rebelles négocié par l'ONU.