NOUVELLES
15/02/2014 07:49 EST | Actualisé 17/04/2014 05:12 EDT

Partisans du pouvoir et opposants manifestent à Caracas

Plusieurs milliers de partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro ont défilé samedi à Caracas pour soutenir le chef de l'État face à un mouvement de contestation qui a fait trois morts au cours de la semaine écoulée dans la capitale du Venezuela.

Dans le même temps, un millier de manifestants se sont mobilisés dans le quartier huppé de Las Mercedes, dans l'est de la ville, pour réclamer la démission du successeur d'Hugo Chavez, mort il y a près d'un an, et dénoncer la répression politique, l'inflation élevée ou encore l'insécurité.

Nicolas Maduro accuse l'opposition de chercher à fomenter des troubles pour préparer un coup d'État, comme celui raté de 2002 contre Hugo Chavez. Mais les troubles semblent trop limités aujourd'hui pour déstabiliser le chef de l'État.

Dans le centre de Caracas, plusieurs milliers de « chavistas » ont répondu à l'appel du président à une « marche pour la paix ».

« L'opposition ne gagnera rien avec ses manifestations, elle ne fait que propager la haine », a déclaré une manifestante.

Kaina Lovera, une adolescente de 16 ans portant un t-shirt à l'effigie d'Hugo Chavez, décédé le 5 mars 2013.

S'adressant à la foule scandant « Non au fascisme », Nicolas Maduro a lancé : « Vous voulez le peuple dans la rue? Nous allons vous donner du peuple dans la rue. »

« Je ne céderai pas un millimètre du pouvoir que le peuple vénézuélien m'a donné [...] Rien ne m'empêchera pas de bâtir cette révolution que le commandant Chavez nous a léguée », a ajouté le chef de l'État.

Les protestataires rassemblés sur la place Altamira ont continué samedi de réclamer sa démission, certains allant bloquer un boulevard proche comme ils l'avaient fait la veille.

« Ils disent que nous sommes des gosses de riches, mais je viens d'une famille pauvre », a déclaré Joseph Sandoval, un étudiant de 24 ans. « Je représente la majorité des Vénézuéliens qui sont écoeurés de voir le pays sombrer comme ça. »

Les autorités vénézuéliennes ont libéré vendredi 25 étudiants arrêtés pendant les émeutes de cette semaine en attendant leur procès et ont annoncé que 74 autres comparaîtraient devant la justice dans les prochaines heures.

Nicolas Maduro a annoncé dans son discours la fermeture temporaire des stations de métro et des lignes de bus desservant l'est de Caracas où se concentre le mouvement antiprésidentiel.