NOUVELLES
15/02/2014 05:15 EST | Actualisé 17/04/2014 05:12 EDT

JO-2014 - L'Autriche, l'autre pays du ski alpin

Anna Fenninger, victorieuse du super-G samedi matin, a apporté un deuxième titre olympique à l'Autriche, désormais à égalité avec la Suisse dans les épreuves de ski alpin.

Les Suisses avaient cumulé deux titres, grâce à Dominique Gisin en descente dames (à égalité avec la Slovène Tina Maze) et le surprenant Sandro Viletta en super-combiné. L'Autriche, qui détenait déjà la prestigieuse descente masculine grâce à Matthias Mayer, a "égalisé" grâce à Fenninger, qui l'a emporté devant l'Allemande Maria Höfl Riesch et sa compatriote Nicole Hosp.

La présence de deux Autrichiennes sur le podium n'est pas due au hasard. Le parcours, particulièrement piégeux, avait été tracé par leur entraîneur, Florian Winckler.

Fatal à de nombreuses concurrentes, notamment 8 des 11 premières, le parcours a favorisé le profil technique de Fenninger, championne du monde de super-combiné en 2011 et médaillée d'argent en 2011.

Pendant que les Suisses, Autrichiens et allemands se partagent avec leurs médailles, les Français se battent avec leurs démons olympiques.

Ils sont rentrés bredouilles de Vancouver en 2010 et à Sotchi la 16e place de David Poisson en descente le 9 février, est la meilleure place obtenue lors des 5 premières courses par les skieurs français, qui attendent avec impatience les épreuves techniques géant et slalom, notamment chez les messieurs (Pinturault, Grange, Fanara) la semaine prochaine.

-Russie - Etats-Unis en hockey-

Le match de hockey Russie - Etats-Unis (16h30 locales, 12h30 GMT) constituera l'autre temps fort de la journée.

Les Russes, sous la pression de leur public, visent le titre. Et rien d'autre, quatre ans après l'humiliation vécue à Vancouver (élimination en quart de finale).

Depuis les Jeux d'Albertville en 1992, alors qu'elle participait sous la bannière de l'Equipe unifiée suite à la chute de l'URSS l'année précédente, la Russie n'a pas réussi à décrocher l'or. Elle s'est contentée de l'argent en 1998 et du bronze en 2002.

Face aux Etats-Unis, battus en finale par le Canada en 2010, les Russes disposent d'une belle opportunité de "marquer" leur territoire.

Au total, sept titres olympiques seront décernés samedi. Outre le super-G dames en ski alpin, deux podiums seront dressés pour le short track (patinage sur piste courte, sur 1500 m dames et 1000 m messieurs), un pour le ski de fond (relais 4x5 km dames), le patinage de vitesse (1500 m), le skeleton messieurs et le saut à skis (grand tremplin).

Dans cette dernière épreuve, le Suisse Simon Ammann, déjà sacré en 2002 et 2010, tentera de décrocher un cinquième titre olympique. Mais la tâche s'annonce compliquée car le Polonais Kamil Stoch, déjà sacré sur petit tremplin le 9 février, semble largement supérieur à ses adversaires. Il semble bien parti pour réaliser le doublé.

pga/el