NOUVELLES
15/02/2014 04:51 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

Italie: le président poursuit ses consultations avant la nomination de Matteo Renzi

Le président italien Giorgio Napolitano a repris samedi à 09h00 GMT ses consultations après la démission à la tête du gouvernement d'Enrico Letta vendredi, et avant la nomination de son futur remplaçant, le jeune maire de Florence (centre), Matteo Renzi.

Le premier à franchir la porte du palais présidentiel du Quirinal a été Daniel Alfreider, représentant de la minorité linguistique du Sud Tyrol.

Il devait être suivi par Albert Laniece et Rudi Franco Marguerettaz, de la province francophone du Val d'Aoste.

D'autres micro-partis seront ensuite reçus par le président avant que les choses sérieuses ne commencent dans l'après-midi, avec la venue des représentants du "Nouveau centre droit" (NCD), la branche rebelle de Forza Italia (FI), le parti de Silvio Berlusconi entré dans l'opposition après avoir soutenu les premiers mois du gouvernement Letta.

Leader du NCD et ancien ministre de l'Intérieur d'Enrico Letta, Angelino Alfano, qui a annoncé dans un entretien au Messaggero qu'il attendait que Matteo Renzi lui présente un "programme précis", devra en effet dire s'il maintient son soutien à la coalition gauche-droite au pouvoir depuis dix mois.

Le président Napolitano ayant refusé la tenue de nouvelles élections, Matteo Renzi devra composer avec la formation actuelle du Parlement, qui n'avait déjà pas dégagé de majorité nette au printemps dernier.

En échange de son appui au futur exécutif du secrétaire du Parti démocrate (PD, gauche), Angelino Alfano devrait conserver son poste à l'Intérieur. Dans un tweet, l'avocat sicilien a prévenu: "soit nous faisons de grandes choses (ensemble, ndlr), si c'est pour en faire des petites, autant retourner voter".

Enfin, à 17h30 GMT, c'est le Cavaliere qui sera reçu par M. Napolitano en tant que président de FI. Les consultations se termineront en fin de journée par la réception de deux représentants du PD.

Matteo Renzi n'était pas attendu au Quirinal samedi. Sa désignation en tant que chef du gouvernement devrait intervenir vraisemblablement dimanche ou lundi.

lrb/ml