NOUVELLES
15/02/2014 07:27 EST | Actualisé 17/04/2014 05:12 EDT

Hongrie: le Congrès juif mondial soutient le boycott des commémorations de l'holocauste

Le boycott des commémorations de l'Holocauste en Hongrie par la principale organisation juive hongroise Mazsihisz, a reçu le soutien du Congrès juif mondial (WJC), a déclaré l'organisation samedi dans un journal à Budapest.

Mazsihisz, qui accuse le gouvernement de minimiser le rôle de la Hongrie dans les déportations de juifs, "a notre soutien total tant que le gouvernement ne revoit pas ses décisions controversées", a affirmé le président du WJC Ronald S. Lauder dans une lettre publiée par le quotidien Nepszabadsag.

La semaine dernière, Mazsihisz avait annoncé sa décision de ne pas participer aux commémorations organisés par le gouvernement du Premier ministre conservateur Viktor Orban à l'occasion du 70e anniversaire de l'Holocauste.

Les déportations ont abouti à la mort de quelque 600.000 juifs de Hongrie, dont 450.000 pendant l'occupation nazie, du 19 mars 1944 au printemps 1945.

"La tentative de falsifier l'histoire à la place de la commémoration de l'annihilation des deux-tiers des juifs hongrois a causé une profonde déception", a ajouté M. Lauder, qui souligne que le comportement du gouvernement est particulièrement désolant après les promesses faites par le Premier ministre hongrois aux juifs en mai dernier.

"Les Hongrois ne seront pas inactifs, car la passivité des bons mène à la victoire du mal", avait ainsi déclaré Viktor Orban lors du congrès du WJC à Budapest en voulant exprimer sa solidarité avec les juifs hongrois qui souffrent d'une montée de l'antisémitise depuis 2012, rappelle M. Lauder.

"L'année commémorative de 2014 est une excellent occasion pour le Premier ministre de prouver par des actes la véracité de ses paroles", a ajouté le président du WJC.

Lauder a aussi déploré les projets d'un monument qui marquerait fin mars le 70e anniversaire de l'occupation allemande. "Ce débat a lieu en période de campagne électorale, et il ne faut pas laisser l'extrême droite utiliser cette affaire pour atteindre ses objectifs électoraux", a-t-il plaidé.

Le monument devrait symboliser l'invasion de la Hongrie par l'Allemagne nazie en 1944. Il est dédié à toutes les victimes de l'occupation, y compris les Juifs. Mais, pour les associations juives et de nombreux historiens, cela revient à mettre sur le même plan les victimes et les bourreaux.

Pourtant, vendredi soir, un rassemblement électoral organisé par le parti d'extrême droite Jobbik dans une ancienne synagogue à Esztergom (nord) a déclenché la colère de manifestants antifascistes qui ont accusé le groupe de faire de la "provocation".

mg/ros