NOUVELLES
15/02/2014 10:01 EST | Actualisé 17/04/2014 05:12 EDT

Conflit en Syrie: efforts et échecs internationaux

De nombreuses initiatives ont été prises sur le plan international sur la Syrie, mais les tentatives de règlement du conflit ont à ce jour échoué et aucun projet de trêve n'a réussi à faire taire les armes dans ce pays.

Plus de 140.000 personnes ont été tuées et des millions ont été forcées de fuir leurs foyers en près de trois ans de guerre.

--2011--

- 18 août: Le président américain Barack Obama et ses alliés occidentaux appellent pour la 1ère fois Bachar al-Assad à partir. Les Etats-Unis et l'Union européenne ont lancé dès avril leurs premières sanctions économiques, renforcées depuis, contre le régime et ses dignitaires.

- 26 déc: Arrivée des premiers observateurs arabes pour surveiller le plan de la Ligue arabe prévoyant l'arrêt des violences, la libération des détenus, le retrait de l'armée des villes et la libre circulation pour les observateurs arabes et la presse.

--2012--

- 22 jan: Nouvelle initiative arabe prévoyant un transfert de pouvoirs d'Assad à son adjoint. Le 24, le régime ferme la porte à toute solution arabe et se dit déterminé à en finir avec la révolte populaire réprimée dans le sang.

Le 12 février, la Ligue arabe met fin à sa mission d'observateurs. Aucune des clauses du plan arabe n'a été mis en oeuvre par Damas.

- 24 fév: Première rencontre du groupe des "Amis de la Syrie", boycottée par Moscou et Pékin. De nombreuses réunions de ces pays soutenant l'opposition, dont les Etats-Unis, la France ou la Grande-Bretagne, seront organisées.

- 12 avr: Entrée en vigueur du cessez-le feu, prévu par le plan de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan, mais la trêve vole en éclats au bout de quelques heures.

Les 14 et 21 avril, les premières résolutions du Conseil de sécurité depuis le début de la crise sont adoptées, autorisant le déploiement de 30 puis de 300 observateurs. Mais le 16 juin, le chef des observateurs de l'ONU annonce "la suspension" de leur mission en raison de l'"intensification de la violence".

- 30 juin: A Genève, le Groupe d'action (Etats-Unis, Chine, Russie, France et Royaume-Uni ainsi que la Turquie et des pays arabes) s'accorde sur les principes d'une transition, avant de diverger sur son interprétation. Washington estime que l'accord ouvre la voie à l'ère "post-Assad", Moscou et Pékin réaffirment qu'il revient aux Syriens de déterminer leur avenir. L'accord n'a jamais été appliqué.

- 19 juil: 3e double veto russo-chinois à l'ONU à une résolution occidentale menaçant le régime de sanctions.

- 2 août: Démission de Kofi Annan, qui fustige le manque de soutien des grandes puissances à sa mission. Remplacé par l'Algérien Lakhdar Brahimi.

--2013--

- 14 sept: Accord américano-russe à Genève sur le démantèlement de l'arsenal chimique de la Syrie d'ici mi-2014 qui écarte in extremis la menace d'une frappe américaine, brandie après une attaque chimique attribuée au régime.

--2014--

- 22-31 jan: Première session de la conférence Genève II. Les négociations entre opposition et régime, lancés sous la pression des Etats-Unis, alliés de l'opposition, et de la Russie, soutien du régime, s'achèvent sans résultat concret.

- 10-15 février: les discussions reprennent mais aboutissent à un nouvel échec.

acm/vl

PLUS:hp