NOUVELLES
14/02/2014 07:14 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

Syrie: des rebelles font exploser des mines sous un hôtel à Alep, 5 morts (ONG)

Des rebelles ont fait exploser vendredi des mines sous l'hôtel Carlton dans la vieille ville d'Alep, dans le nord de la Syrie, tuant au moins cinq soldats, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Dans le sud du pays, 18 personnes ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée devant une mosquée à al-Yadouda, une localité tenue par les rebelles dans la province de Deraa, a annoncé l'OSDH, sans plus de précisions.

A Alep, "des rebelles islamistes ont creusé plusieurs tunnels autour et sous l'hôtel Carlton dans le Vieil Alep où sont positionnées des troupes loyalistes, et les ont fait exploser ce matin à l'aide de mines", a rapporté l'OSDH.

"Au moins cinq soldats ont été tués et 18 autres blessés dans l'attaque qui a également endommagé des parties de l'hôtel", a précisé cette organisation qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales et militaires à travers le pays en guerre depuis près de trois ans.

L'hôtel Carlton, situé tout près de la citadelle historique de la métropole d'Alep, était l'un des établissements les plus chics de l'ex-capitale économique du pays avant qu'elle ne soit ravagée par les combats en 2012.

Après l'attaque, de violents combats ont opposé des soldats, soutenus par des miliciens pro-régime, et des rebelles, faisant des morts parmi les insurgés, selon l'OSDH qui n'était pas en mesure de donner de bilan dans l'immédiat.

Les rebelles ont déjà eu recours à cette tactique des explosifs placés sous des bâtiments à Alep mais aussi dans la province de Damas.

Dans la province d'Alep, parallèlement aux combats entre insurgés et armée, l'autre guerre entre rebelles et jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) continue de faire rage pour le contrôle de plusieurs territoires.

Les rebelles islamistes sont parvenus à chasser l'EIIL de cinq localités de la province, dont celle de Hreitane, et étaient engagés dans de violents combats contre les membres de ce groupe qui se sont retranchés dans la région d'Azaz, selon l'OSDH.

Juste avant leur retrait de Hreitane, les combattants de l'EIIL ont exécuté 13 civils qui, selon l'OSDH, "sont des proches de combattants islamistes qui avaient été enlevés auparavant par le groupe".

Les rebelles avaient déjà réussi la semaine dernière à chasser l'EIIL, leur ex-allié dans la guerre contre le régime de Bachar al-Assad, de la province pétrolière de Deir Ezzor (est).

ram/sk/fcc