NOUVELLES
14/02/2014 12:54 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

Saint-Jérôme : les itinérants privés de refuge

À Saint-Jérôme, le seul centre d'hébergement d'urgence pour personnes itinérantes va fermer ses portes fin mars. Bien que l'annonce en aie été faite il y a plus d'un an, aucun n'organisme n'est prêt à prendre le relais. 

Un texte de Vincent Champagne Twitter Courriel

Le Centre Sida Amitié (CSA) a ainsi fait savoir à l'automne 2012 qu'il entendait se recentrer sur sa mission première, soit d'offrir des services liés à la santé sexuelle.

« On n'a pas nécessairement les sommes pour maintenir le projet fonctionnel. Il faut le financer à même notre mission de base, qui est la lutte au VIH/SIDA », affirme Hugo Bissonnet, directeur général de l'organisme. « Ça nous a épuisés mentalement et financièrement », dit-il.

Jusqu'à neuf personnes peuvent loger dans l'appartement situé au deuxième étage de la petite maison qu'occupe l'organisme. « C'est tout le temps plein », dit M. Bissonnet, selon qui on doit refuser environ 500 demandes par année.

Le CSA offre aussi différents services aux usagés, comme de l'aide pour s'ouvrir un compte de banque ou récupérer une carte d'assurance-maladie. De l'encadrement personnalisé permet de diriger les gens vers les services de santé pertinents.

Selon M. Bissonnet, des intervenants issus du milieu communautaire se sont regroupés pour ouvrir un nouveau centre, mais le projet est encore embryonnaire.

La fermeture du centre d'hébergement du CSA va « mettre de la pression » sur les autres centres de la région, dit M. Bissonnet. Il y en a trois autres dans la couronne nord de Montréal, à Saint-Eustache, à Laval et à Terrebonne.