POLITIQUE
14/02/2014 11:24 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

Pauline Marois refuse de parler d'un scrutin printanier

Pauline Marois, premier of Quebec, speaks during an interview in New York, U.S., on Thursday, Dec. 13, 2012. Marois, premier of Canada's second-most populous province, reiterated her aim to move Quebec toward independence and said it values its relationship with the U.S. Photographer: Scott Eells/Bloomberg via Getty Images
Getty
Pauline Marois, premier of Quebec, speaks during an interview in New York, U.S., on Thursday, Dec. 13, 2012. Marois, premier of Canada's second-most populous province, reiterated her aim to move Quebec toward independence and said it values its relationship with the U.S. Photographer: Scott Eells/Bloomberg via Getty Images

La première ministre Pauline Marois a refusé de commenter les rumeurs au sujet du déclenchement prochain d'élections, vendredi matin, au cours d'une annonce à l'Institut de cardiologie de Montréal.

Mme Marois se trouvait à Montréal pour confirmer un investissement de 18,2 millions de dollars dans un programme de recherche pour améliorer les diagnostics et les traitements pour les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires.

Questionnée par une journaliste qui cherchait à savoir si la date de cette annonce était un autre signe d'une campagne électorale imminente, Pauline Marois a simplement répondu qu'il s'agissait du « fruit d'un travail qui a commencé dès le début de l'année 2013 ».

Le directeur du Centre de recherche de l'Institut de cardiologie de Montréal, le Dr Jean-Claude Tardif, a cependant expliqué qu'il avait été informé de l'investissement en octobre dernier.

Ni lui ni la première ministre n'ont pu expliquer les raisons précises du délai entre la réponse favorable du gouvernement et l'annonce officielle.

Le gouvernement Marois multiplie les annonces depuis le début du mois, ce qui alimente les rumeurs d'élections printanières.

Jeudi, le gouvernement indiquait son intention de se lancer dans l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti en partenariat avec le secteur privé.

Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, devrait déposer son budget le 20 février prochain.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois