NOUVELLES
14/02/2014 10:52 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

Marie-Michèle Gagnon se ravise et prendra part au super-G féminin

KRASNAÏA POLIANA, Russie - Finalement, la passion aura eu le dessus sur la raison. Marie-Michèle Gagnon disputera le super-G des Jeux olympiques de Sotchi, samedi, moins d'une semaine après avoir subi une luxation de l'épaule gauche.

Gagnon et Hugues Ansermoz, l'entraîneur-chef de l'équipe canadienne féminine de ski alpin, avaient déclaré après une séance de ski libre, jeudi, que l'athlète de Lac-Etchemin renoncerait fort probablement au super-G afin de se concentrer sur les épreuves techniques qui auront lieu la semaine prochaine.

Gagnon avait quant à elle déclaré qu'elle était en pleine forme et ne ressentait plus de douleur. Reste qu'on préférait à ce moment-là faire preuve de prudence, en se disant qu'on allait miser sur le slalom géant et le slalom.

«La seule façon dont Marie-Michèle pourrait se blesser de nouveau, c'est en chutant encore, a déclaré Ansermoz, jeudi. C'est au super-G que les chances de chute sont les plus grandes.»

Après une autre séance de ski, vendredi, tout le monde s'est apparemment ravisé. Gagnon sera la cinquième skieuse à prendre le départ, samedi. Trois Canadiennes seront finalement de la partie, les autres étant Larisa Yurkiw et Marie-Pier Préfontaine. Celles-ci porteront les dossards no 25 et 31, respectivement.

«Après une rapide récupération de ma blessure, je suis prête pour le super-G de demain! Dossard #5», a écrit Gagnon sur un site de microblogage.

Gagnon a fait des épreuves techniques sa spécialité depuis ses débuts en Coupe du monde. La Québécoise de 24 ans a toutefois commencé à disputer davantage de courses de vitesse cette saison, dans le but de devenir une skieuse plus polyvalente et de mieux se placer au sein du classement général de la Coupe du monde. Elle a d'ailleurs mieux fait en super-G qu'en slalom géant, cet hiver.

C'est ainsi que de ses neuf résultats parmi les 10 premières cette saison, deux ont été obtenus en super-G et seulement un en slalom géant. Cinq sont survenus au slalom, tandis que l'autre résultat du genre — la première victoire de sa carrière — a été décroché au super-combiné.

Gagnon a reconnu, jeudi, qu'elle ressentira sans doute une douleur quand elle va «pousser à 100 pour cent» au portillon de départ, mais elle a noté que «ce n'est pas une douleur qui est insoutenable».

Gagnon devra par ailleurs éviter les mouvements du bras vers l'arrière, «comme lorsqu'on s'apprête à lancer une balle», a décrit Ansermoz.

«Mais ce n'est pas un mouvement du genre qu'on fait quand une skieuse frappe les piquets en passant dans les portes», a noté l'entraîneur de nationalité suisse.

Gagnon a subi sa blessure lundi, lors de la manche de slalom du super-combiné féminin. Elle a alors enfourché une porte et chuté maladroitement sur ses skis.

Le slalom géant féminin aura lieu mardi et le slalom, vendredi prochain.