NOUVELLES
14/02/2014 02:38 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

JO-2014/Artistique - Hanyu, un pur diamant métamorphosé après le séisme de 2011

A 19 ans, Yuzuru Hanyu est devenu le premier champion olympique japonais de patinage artistique vendredi à Sotchi, trois ans après avoir échappé à la mort dans un terrible séisme qui a ravagé sa ville natale.

Hanyu a surclassé tous ses rivaux, même les plus expérimentés, comme son dauphin Patrick Chan, avec ce mélange si particulier d'aplomb et de candeur.

Son parcours a débuté à l'âge de quatre ans lorsqu'il se met au patinage pour imiter sa soeur aînée Saya, à Sendai, leur ville natale.

Sous la direction de Nanami Abe, Yuzuru Hanyu révèle année après année son talent et sa grâce, mais le 11 mars 2011, sa vie change du tout au tout.

L'adolescent de 16 ans s'entraînait comme tous les jours quand la terre tremble.

Hanyu est parti en courant, apeuré, laissant derrière lui ses patins et sa maison, qui a été détruite.

Le séisme, de magnitude 9 suivi d'un tsunami géant a fait près de 19.000 morts ou disparus.

"J'ai vraiment pensé que j'allais mourir à 16 ans. Souvent les choses que vous prenez pour acquis ne le sont pas. Tout est une histoire de chance. Et c'est parce que j'ai perdu beaucoup de choses que maintenant je pense de cette façon", a confié Hanyu.

Il poursuit malgré les difficultés, comme son hébergément dans un centre d'urgence après le séisme, son ascension.

En mars 2012, à Nice, il décroche sa première grande médaille, le bronze lors des Championnats du monde.

Un mois après, il décide de s'installer avec sa mère à Toronto (Canada) pour travailler avec le Canadien Brian Orser, mentor de la reine Kim Yu-na, première Sud-coréenne championne olympique de l'Histoire, à 19 ans.

- Winnie l'Ourson -

"Il arrive tous les jours à la patinoire bien préparé. Il a été adopté par tous les membres du club, parce que c'est un +gentleman°, il est poli et si gentil avec tous les autres enfants", raconte Orser, dont le seul souci a été l'anglais trop approximatif de ce surdoué de la glace.

"Il est tellement poli qu'il dit +Oui+ à tout. Il n'a aucune idée de ce à quoi il dit oui !", poursuit l'entraîneur canadien, lui même double médaillé d'argent (1984, 1988).

Orser encense le côté extraordinairement méticuleux de son élève: "Je suis bluffé par sa maturité. Il est très perfectionniste. En six mois, il a été capable de programmer son pic de forme pour être le meilleur aux Jeux".

Outre ses qualités exceptionnelles de patinage, son habilité technique et sa présence captivante sur la glace, Hanyu travaille son mental.

Il s'entraîne en portant des masques pour compliquer sa tâche.

Atypique, il l'est assurément. Ses longs bras n'en finissent plus de gondoler dans les airs. Ses costumes, faits de longs volants et de strass, sont dessinés par l'ancien champion fantasque Johnny Weir.

Il a une passion pour "Winnie l'Ourson", une peluche dont il ne sépare jamais.

Et un talent rare qui promet de faire de lui le plus grand patineur de tous les temps. Parole de la star russe Evgueni Plushenko, idole de jeunesse de Yuzuru Hanyu.

sc/jr