NOUVELLES
14/02/2014 08:23 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

JO-2014 - Ski de fond: le tour d'honneur du Péruvien Carcelen

Le Péruvien Roberto Carcelen, qui s'était fracturé deux côtes avant les Jeux, a transformé son 15 km de ski style classique en un tour d'honneur, recevant l'ovation du public et du vainqueur Dario Cologna, à l'issue de son effort ponctué de la dernière place, vendredi aux JO de Sotchi.

Il a longtemps ramé, trébuché, glissé. Dans les montées très exigeantes du parcours, il a même tout simplement marché plutôt que skié.

Mais Roberto Carcelen y est finalement parvenu, franchissant drapeau péruvien en main la ligne d'arrivée. En 1 h 06 min 28 sec 9/10e, le Péruvien a bouclé les 15 km de l'épreuve sous les applaudissements généreux de la foule à la 87e et dernière place.

Il a ensuite reçu l'accolade de l'avant-dernier, le Népalais Dachhiri Sherpa, autre étonnant olympien d'expérience -ce sont ses troisièmes JO- et du Suisse Dario Cologna, vainqueur de l'épreuve avec près de 28 minutes d'avance sur lui...

Parti en dernière position, Carcelen termine certes tout en bas de la feuille de classement, à plus de dix minutes de Sherpa, mais aura fait mieux que cinq participants, contraints à l'abandon.

Sous une température extrêmement clémente, 14°C au départ, et compte-tenu du parcours exigeant, le Péruvien peut être fier de son exploit. D'autant plus qu'il s'était facturé deux côtes deux semaines avant les Jeux.

"Je suis très satisfait. Il y a deux semaines je me suis brisé deux côtes, et à la veille de la course j'ai attrapé froid. J'ai vraiment beaucoup souffert", a reconnu Carcelen qui, en 2010, était devenu le premier Péruvien à participer à des JO d'hiver, à Vancouver.

La formule de l'épreuve -un contre-la-montre- a fait que Carcelen est parti seul et n'a pas croisé grand monde sur son chemin, hormis lors des boucles effectuées lui permettant de passer près des tribunes.

"Maintenant je suis heureux d'avoir récupéré de tout ça. Il faisait chaud, la neige était très humide, mais c'était plutôt pas mal. Plusieurs dizaines de mes supporteurs péruviens étaient ici, et ça m'a donné du souffle", a ajouté Carcelen avant d'indiquer qu'il mettait un terme à sa carrière.

"C'était ma dernière course. J'envisage de travailler avec des enfants, de leur apprendre à faire du ski, et peut-être qu'on pourra même les aider à participer aux jeux Olympiques", a-t-il conclu.

fbr/mam