NOUVELLES
14/02/2014 07:54 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

Chine: 15 morts dans une "attaque terroriste" au Xinjiang (autorités)

Quinze personnes ont été tuées vendredi lors d'une "attaque" dans la région chinoise du Xinjiang, parmi lesquelles huit "terroristes" abattus par la police et trois autres qui ont fait détonner les explosifs qu'ils portaient sur eux, ont annoncé les autorités.

Les explosions déclenchées par les trois kamikazes ont elles-mêmes causé la mort de deux passants et de deux policiers, a précisé le site Tianshan, contrôlé par le gouvernement chinois.

Contactées par l'AFP, les autorités et la police du Xinjiang ont refusé de commenter ces faits, rapportés de façon succincte par l'agence Chine nouvelle.

"Huit terroristes ont été tués par la police et trois autres par la bombe de leur attaque-suicide", a affirmé l'agence de presse officielle chinoise.

Les assaillants, sur des motos et dans des voitures transportant des réservoirs de gaz, ont attaqué un groupe de policiers qui s'apprêtaient à partir en patrouille dans la préfecture d'Aksu (ouest du Xinjiang), a précisé Chine nouvelle.

Situé aux confins occidentaux de la Chine, le Xinjiang est régulièrement secoué par des troubles en raison des fortes tensions entre Han (ethnie majoritaire en Chine) et Ouïghours (musulmans turcophones).

Les autorités accusent invariablement de "terrorisme" les militants ouïghours.

Les événements de vendredi s'expliquent par la violence armée et les provocations des forces de sécurité chinoises, a affirmé dans un email à l'AFP Dilshat Rexit, un porte-parole du Congrès mondial ouïghour, organisation en exil de défense des Ouïghours.

Evoquant la "résistance pacifique" des Ouïghours, il a exhorté l'Union européenne et les Etats-Unis à envoyer des observateurs sur place.

Les forces de sécurité chinoises ont renforcé leur contrôle sur le Xinjiang depuis que Pékin a été le théâtre, le 28 octobre 2013, d'un attentat perpétré selon la police par des extrémistes venus de cette région.

Selon la thèse officielle, trois Ouïghours d'une même famille avaient précipité leur voiture chargée de bidons d'essence contre l'entrée de la Cité interdite, dans une attaque suicide qui avait fait également deux morts et 40 blessés.

seb/pt