NOUVELLES
14/02/2014 07:34 EST | Actualisé 16/04/2014 05:12 EDT

Brésil/carnaval: une école de samba renonce à utiliser les masques d'Anonymous

Une école de samba de Rio qui devait mettre en scène des danseurs déguisés en manifestants portant le masque d'Anonymous, devenu le symbole de la fronde sociale au Brésil, vient d'y renoncer après la mort d'un caméraman blessé lors d'une manifestation.

"Nous avons décidé de supprimer les danseurs masqués dans notre défilé de carnaval depuis que les manifestations ont commencé à dégénérer en violences", a déclaré Alexandre Louzada, metteur-en-scène du défilé de Portela, l'une des plus prestigieuses écoles de samba de Rio.

Le 6 février, pendant une manifestation contre la hausse du ticket de bus, un caméraman de la chaîne de TV Bandeirantes a été mortellement atteint par une fusée de feu d'artifice lancée par un jeune manifestant.

Après ces événements, M. Louzada a décidé que les danseurs défileraient sur le Sambodrome avec des pancartes de revendications pour symboliser "la voix des rues" et non plus le masque d'Anonymous, l'un des groupes les plus actifs dans la convocation des manifestations sur les réseaux sociaux.

"J'aurais honte de faire l'apologie d'une manifestation après ça" (la mort du journaliste), a affirmé M. Louzada, cité par le quotidien de Rio O Dia.

Le "carnavalesco" Louzada et son équipe envisagent même de rendre hommage au caméraman tué lors du défilé, selon O Dia.

Le thème du défilé de Portela pour le carnaval (du 28 février au 4 mars) est "l'Histoire de l'avenue Rio Branco", la principale avenue du centre-ville et théâtre de toutes les manifestations.

Au cours de la Coupe des confédérations de juin dernier, plus d'un million de personnes étaient descendues dans la rue au Brésil pour protester contre la hausse du prix dans les transports en commun, la corruption de la classe politique et les investissements massifs dans les infrastructures destinées aux compétitions sportives plutôt que dans les services publics (santé, éducation, transports).

Elles ont perdu en fréquence depuis, mais se sont radicalisées et dégénèrent régulièrement en heurts violents entre manifestants et force de l'ordre.

Jeudi soir, une manifestation convoquée par Anonymous contre la hausse du ticket de bus a réuni un millier de personnes mais s'est pour une fois achevée sans heurts.

cdo/ag/jh