NOUVELLES
13/02/2014 09:28 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

Un Canadien sur 10 attend plus de 28 heures pour un lit aux urgences

Un nouveau rapport montre qu'un Canadien sur 10 qui se rend aux urgences et dont l'état requiert une admission à l'hôpital doit attendre plus de 28 heures avant d'avoir un lit.

Le rapport affirme que 9 personnes sur 10 qui ont été transférées des urgences à l'hôpital l'ont été en moins de 28 heures, et pour eux, le temps d'attente médian pour obtenir un lit était de 8,8 heures.

Le rapport a été réalisé par l'Institut canadien d'information sur la santé (ICIS).

Agnita Pal, responsable des opérations liées aux bases de données cliniques à l'ICIS, a précisé que les personnes qui attendent plus longtemps aux urgences sont généralement des adultes âgés dont l'état de santé est souvent complexe.

Le temps d'attente vécu par certains patients est beaucoup plus long que ce qui est recommandé par l'Association canadienne des médecins d'urgence (ACMU).

L'automne dernier, l'ACMU a publié un énoncé de politique indiquant que la moitié des patients aux urgences devraient admis à l'hôpital en moins de huit heures, et que neuf patients sur 10 devraient être admis en moins de 12 heures.

Selon Mme Pal, toutefois, les données sur les temps d'attente montrent que pour les patients qui se rendent aux urgences, mais qui n'ont pas besoin d'être hospitalisés, le temps d'attente est bien moindre que les cibles nationales recommandées par l'ACMU.

Et pour les patients dont l'état requiert une admission à l'hôpital, le temps d'attente médian était de 8,8 heures, ce qui n'est pas très loin de la cible de 8 heures. Mais une médiane signifie que la moitié des patients ont attendu moins de 8,8 heures et que la moitié ont attendu plus longtemps.

Mme Pal souligne par ailleurs qu'un patient sur 10 a dû attendre plus de 28 heures avant d'être admis, ce qui dépasse largement la cible établie par l'ACMU.

Les données ont été compilées à partir d'une base de données recensant plus de 10 millions de visites dans les urgences du pays entre le 1er avril 2012 et le 31 mars 2013, dans les hôpitaux participants de la Colombie-Britannique, de l'Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba, de l'Ontario, de la Nouvelle-Écosse, de l'Île-du-Prince-Édouard et du Yukon. Cet échantillon représente près de 60 % de toutes les visites aux urgences au Canada durant cette période.