NOUVELLES
13/02/2014 05:56 EST | Actualisé 15/04/2014 05:12 EDT

Syrie : Russes et Américains promettent d'aider à faire sortir de l'impasse la Conférence de paix

Les Etats-Unis et la Russie se sont engagés à contribuer à faire sortir de l'impasse la Conférence de paix à Genève sur la Syrie, a annoncé jeudi le médiateur de l'ONU Lakhdar Brahimi après une réunion avec les représentants des deux pays.

"Ils ont promis qu'ils allaient aider à la fois ici, dans leurs capitales et ailleurs à débloquer la situation pour nous", a déclaré à la presse le médiateur. Après trois jours de discussions à Genève entre représentants syriens de l'opposition et du gouvernement, les pourparlers sont dans l'impasse et aucune réunion n'a eu lieu jeudi entre les deux parties.

Toutefois dans la soirée un responsable de l'opposition Bader Jamous, secrétaire général de la Coalition, s'est déclaré insatisfait après une rencontre avec les diplomates russes. Il y a eu aussi une rencontre de l'opposition avec les Américains.

Les Russes "continuent d'adopter le même ton que nous avons déjà entendu". Ils reprennent la priorité du régime, la lutte contre la violence et le terrorisme, et "ils nous demandent de nous mettre d'accord avec le régime pour combattre le terrorisme, c'est inacceptable pour nous", a déclaré M. Jamous, rappelant que pour eux le président syrien "est le premier terroriste".

M. Brahimi a eu une réunion avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Guennadi Gatilov, et la secrétaire d'Etat adjointe américaine Wendy Sherman.

Face à "l'échec toujours là à nous contempler", il a promis au nom de l'ONU, de ne pas laisser "une pierre non retournée s'il y a la possibilité d'avancer, si ce n'est pas le cas, nous le dirons".

Cette impasse dans les discussions commence toutefois à inquiéter les diplomates. "On s'attendait à ce que les discussions soient difficiles. Mais on ne s'attendait pas à ce qu'ils soient incapables de trouver un compromis sur un calendrier, et ça franchement, ça n'est pas bon", a indiqué l'un d'entre eux, ayant requis l'anonymat.

Selon l'opposition il y a aura vendredi une nouvelle réunion de M. Brahimi séparément avec chaque délégation et cela devrait signifier la fin de cette seconde session de pourparlers.

M. Brahimi n'a pas donné d'indication sur la forme que pourrait prendre l'aide des deux coparrains de la Conférence pour sortir du dialogue de sourds qui a caractérisé les deux sessions de négociations, celle de janvier et celle commencée lundi dernier.

Pour l'opposition M. Brahimi rendra ensuite compte à l'ONU à New York et "ensuite nous déciderons s'il y aura d'autres réunions ou pas si le régime change d'attitude", a averti M. Babous.

Aux Etats-Unis, le président Barack Obama doit retrouver vendredi le roi Abdallah II de Jordanie en Californie pour parler notamment de la crise en Syrie, avant de consulter Israël et l'Arabie saoudite dans les semaines à venir.

- Les regards tournés vers Homs -

Sur le terrain les regards restent rivés sur Homs, après les évacuations difficiles depuis les quartiers assiégés.

La patronne des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos a estimé jeudi que l'évacuation de la ville martyre, située dans le centre de la Syrie, n'était pas un progrès suffisant et a demandé au Conseil de sécurité de donner aux humanitaires "les moyens de faire leur travail".

Elle a également indiqué à la presse que l'ONU avait des "assurances verbales" des belligérants mais toujours pas de confirmation écrite que la trêve à Homs serait prolongée. "Sans assurances écrites nous ne pouvons pas continuer", a-t-elle averti.

Les Occidentaux ont exigé jeudi la libération des hommes arrêtés par les services de sécurité syriens à leur sortie du réduit rebelle de Homs tandis que l'aide humanitaire et l'évacuation des civils devrait se poursuivre vendredi.

A Homs, où la vieille ville est assiégée par le régime depuis 18 mois, le gouverneur Talal Barazi a annoncé à l'AFP que 70 hommes de 15 à 54 ans, parmi ceux qui étaient interrogés par les services de renseignement après leur évacuation, avaient été libérés jeudi.

Au total 430 hommes en âge de porter les armes avaient été arrêtés à leur sortie des quartiers assiégés, dont 181 ont été depuis libérés, selon l'ONU.

Cependant, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) et le militant Yazan, très peu d'entre eux ont été relâchés.

"Le régime doit savoir que le monde entier regarde avec une grande inquiétude ce qui se passe à Homs et le statut des hommes évacués. Tout tentative de les maintenir de manière arbitraire en détention ne sera pas acceptée", a affirmé Edgar Vasquez, un porte-parole du département d'Etat américain.

Au total depuis le 7 février, 1.417 personnes ont été évacuées du vieux Homs, en vertu d'un accord entre le régime syrien et les rebelles négocié par l'ONU. Il resterait 2.000 personnes dans ce réduit de 2 km2, en grande partie en ruines.

Dans le bras de fer entre les Occidentaux, qui appuient la rébellion, et Moscou, fidèle allié de Bachar al-Assad, la Russie a présenté un projet de résolution pour l'aide humanitaire au Conseil de sécurité de l'ONU qui ne prévoit pas de menaces de sanctions contre le régime d'Assad, contrairement au projet défendu par les Occidentaux et les pays arabes.

Depuis le lancement le 22 janvier des pourparlers de paix à Genève, le nombre quotidien de morts n'a jamais été aussi élevé en trois ans de révolte, avec plus de 200 morts par jour, selon l'OSDH.

bur-pjt/bir/sym/ob