NOUVELLES
13/02/2014 05:10 EST | Actualisé 14/04/2014 05:12 EDT

Paiements douteux pour la réfection du pont Jacques-Cartier

Un ancien dirigeant de la Société des ponts fédéraux, Michel Fournier, fait l'objet d'une enquête dans une présumée affaire de pot­s-de­-vin.

Un texte d'Anne Panasuk Twitter Courriel

Michel Fournier, l'ancien PDG de la Société des ponts fédéraux et ex­-président du conseil d'administration de la société Les Ponts Jacques-­Cartier et Champlain incorporée fait l'objet d'une enquête pour avoir ouvert un compte bancaire en Suisse, dans lequel il y a eu plusieurs versements suspects.

De 2002 à 2004, l'émission Enquête a retracé près 1,5 million de dollars déposés par une agence commerciale du nom de Promotag, une société régulièrement engagée par SNC-Lavalin dans le compte de Michel Fournier.

Dans le premier compte, surnommé Zorro, Promotag a effectué sept versements en 2002. Dans un autre compte de banque, appartenant aussi à Michel Fournier et sa femme, Promotag a versé deux autres paiements en 2003 et deux de plus en 2004.

Qu'est-ce qui pourrait justifier ces paiements?

De 2000 à 2002, la Société des ponts a entrepris un grand chantier au pont Jacques-Cartier. Il s'agissait de refaire tout le tablier du pont. Un contrat de 127 millions de dollars qui a été donné à un consortium dirigé par SNC-Lavalin.

Michel Fournier nie tout. Rencontré longuement à sa retraite de Victoria, en Colombie-­Britannique, l'ex­-PDG nie les paiements comme d'avoir ouvert un compte en suisse.

Mais, une semaine plus tard, Michel Fournier admet, au téléphone, avoir ouvert le compte Zorro. Il a servi de prête-­nom à sa belle­-soeur, aujourd'hui décédée, explique­-t-­il, car elle désirait cacher des sommes à son nouveau conjoint. Il ne peut expliquer les paiements effectués par Promotag, car il n'aurait reçu aucun relevé bancaire de son compte.

De son côté, SNC-­Lavalin ne veut pas commenter.

Quant à l'actuel directeur de la société Les Ponts Jacques­-Cartier et Champlain incorporée, Glen Carlin, il n'a pas voulu nous accorder d'entrevue.