Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Equateur: la société de télécommunication de Slim conteste une amende

La société de télécommunications Claro, propriété du magnat mexicain Carlos Slim, un des hommes les plus riches du monde, a annoncé mardi son intentin de faire appel d'une amende de 138,5 millions de dollars pour entrave à la concurrence, infligé par une autorité de contrôle en Equateur.

Claro, qui appartient au groupe América Movil, a été sanctionné la semaine dernière pour avoir refusé à la compagnie publique équatorienne des télécommunications CNT le droit d'installer ses équipements dans les sites où se trouvent ses antennes.

Une accusation vivement rejetée par l'entreprise. "Claro n'a mis aucune barrière pour empêcher CNT de déployer son réseau et donc n'a pas empêché ou faussé la concurrence", a déclaré Teodoro Maldonado, en annonçant un recours contre cette sanction lors d'une conférence de presse.

Selon ce dernier, les éléments avancés par la société n'ont pas été pris en compte par l'autorité de contrôle. "Nous n'avons pas accès aux preuves (de la CNT)", a-t-il ajouté.

Avec 67% des parts du marché équatorien, Claro est le leader du marché celulaire en Equateur, après la compagnie espagnole Telefonica (30%) et CNT (à peine 2,5%).

La sanction imposée par l'autorité de contrôle équivaut à 10% du volume d'affaires de Claro en 2012.

Le groupe Conecel, nom sous lequel opère Claro en Equateur, est présent depuis 1993 dans ce pays latino-américain, où il a déjà été condamné en 2012 à une amende de 193 millions de dollars pour un arriéré d'impôt.

vel/pz/gg

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.