Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

65 détenus afghans seront libérés par Kaboul

L'état-major des forces américaines en Afghanistan a condamné mardi la prochaine remise en liberté, sur ordre de Kaboul, de détenus qu'il juge dangereux.

« Les forces américaines en Afghanistan ont appris que la libération de 65 individus dangereux issus d'un groupe de 88 détenus au statut contesté avait été ordonnée (...) », dit-il dans un communiqué.

« La libération de ces détenus constitue un revers majeur pour l'État de droit en Afghanistan. Certains individus déjà libérés ont repris les armes et ces nouvelles libérations vont permettre à de dangereux insurgés de réapparaître dans les villes et les villages. »

A Kaboul, on indique que ces remises en liberté pourraient avoir lieu d'ici quelques jours. Selon un porte-parole du Pentagone, elles auront lieu jeudi.

Au total, les autorités afghanes ont décidé de libérer 650 détenus de la prison de Bagram, au nord de la capitale, officiellement pour une insuffisance de preuves. Washington

s'oppose à l'élargissement de 88 d'entre eux.

Ce contentieux est venu aggraver la crise diplomatique suscitée parle refus du président Hamid Karzaï de signer le pacte de sécurité censé encadrer la présence militaire

américaine après 2014.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.