NOUVELLES
04/02/2014 01:38 EST | Actualisé 06/04/2014 05:12 EDT

Pérou: nouvelle hospitalisation de l'ex-président Fujimori après une audience

L'ex-président péruvien Alberto Fujimori, condamné à 25 ans de prison pour violation des droits de l'homme, a été hospitalisé mardi en raison d'une crise d'hypertension, a annoncé son avocat Me William Castillo.

"Il s'est senti mal avec une tension très élevée et a été amené d'urgence à l'hôpital où les médecins tentent de le stabiliser", a-t-il dit à la presse.

L'ancien président, 75 ans, assistait à une audience pour une affaire de détournement, lorsqu'il était au pouvoir (1900-2000), de fonds publics destinés aux forces armées afin de financer plusieurs titres de presse tabloïd pour qu'ils attaquent l'opposition et publient des articles à sa gloire.

En juin dernier, le président péruvien Ollanta Humala avait refusé d'accorder une grâce humanitaire à Alberto Fujimori, qui a souffert d'un cancer de la langue.

Une commission médicale pénitentiaire avait conclu que l'ex-homme fort du Pérou "ne souffrait ni d'une maladie en phase terminale, ni d'une maladie grave incurable et ne présentait pas non plus de troubles mentaux graves".

L'ex-président a été hospitalisé à plusieurs reprises ces derniers mois et ses comparutions mainte fois interrompues pour raison de santé. Selon les recommandations de ses médecins, les audiences doivent comprendre des pauses et ne doivent pas durer plus de deux heures.

En avril 2009, Fujimori avait été condamné à 25 ans de prison pour avoir commandité deux massacres perpétrés par un escadron de la mort en 1991-1992 au cours desquels 25 personnes avaient été assassinées, dont un enfant, dans le cadre de la lutte contre la guérilla maoïste du Sentier Lumineux.

Au pouvoir depuis 1990, l'ancien président avait fui le Pérou pour le Japon, pays natal de ses parents, sur fond d'un énorme scandale de corruption, pour démissionner par fax depuis un hôtel de Tokyo à la fin 2000.

M. Fujimori ayant obtenu la nationalité japonaise, Lima a passé des années à tenter en vain de convaincre Tokyo de l'extrader. Après une longue bataille juridique, c'est finalement le Chili, où il s'était rendu en 2005, qui avait extradé M. Fujimori en septembre 2007.

rm-ms/hdz/bap