NOUVELLES
04/02/2014 01:07 EST | Actualisé 05/04/2014 05:12 EDT

La Bourse de Tokyo finit en chute de 4,18%, inquiétudes généralisées

La Bourse de Tokyo a terminé la séance de mardi en chute de 4,18%, victime d'inquiétudes généralisées pour l'économie américaine, la zone euro et les pays émergents.

A la clôture, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a reculé de 610,66 points à 14.008,47 points.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a plongé de son côté de 4,77%, abandonnant 57,05 points à 1.139,27 points.

L'activité a été extrêmement intense, avec 4,23 milliards d'actions échangées sur le premier marché.

Les opérateurs ont prolongé, en l'intensifiant, le mouvement de baisse de lundi à Wall Street, où le Dow Jones a perdu plus de 2%, après avoir enregistré en janvier son pire mois depuis mai 2012, et son pire début d'année depuis 2009.

A Tokyo mardi comme à New York la veille, les investisseurs ont mal pris la publication de deux indicateurs manufacturiers décevants dans les deux premières économies mondiales, aux Etats-Unis et en Chine.

Cette mauvaise nouvelle a alourdi davantage un climat déjà anxiogène, où les craintes de déflation pour la zone euro s'ajoutent aux turbulences dans les marchés émergents.

"Les investisseurs doivent rester à distance des actifs risqués pendant un petit moment, car le désarroi ne semble pas près de disparaître", a prévenu Mitul Kotecha, analyste à la banque Crédit Agricole. "Avec la diminution de l'aide monétaire américaine, des inquiétudes variées pour les pays émergents et une croissance plus faible en Chine, nous avons un cocktail pour quelques semaines instables, si ce n'est plus", a-t-il précisé.

Au Japon, les indicateurs économiques sont restés favorables ces dernières semaines, mais le retour d'une certaine aversion au risque sur les marchés mondiaux a précipité un rebond du yen qui évoluait mardi à son niveau le élevé en plus de deux mois face au dollar et à l'euro.

Ceci constitue une mauvaise nouvelle pour les groupes exportateurs japonais, dont la valeur des revenus tirés de l'étranger sont amoindris une fois convertis en yens lorsque la devise nippone se renchérit.

Après s'être envolé de 57% pendant l'année 2013, le Nikkei 225 a plongé d'environ 14% depuis la fin décembre et les courtiers estiment que le marché est entré dans une phase dite "de correction".

pn/ros