NOUVELLES
04/02/2014 12:05 EST | Actualisé 06/04/2014 05:12 EDT

Descente aux enfers d'une ex-avocate

L'ex-avocate Jessie Bérubé a plaidé coupable mardi à des accusations d'entrave à la justice et de possession de drogue.

Celle dont on parlait comme d'une étoile montante au palais de justice de Québec s'était fait connaitre en parvenant à faire libérer le meurtrier Alain Perreault en attente de son procès, alors qu'elle commençait dans le métier.

Une victoire qui lui avait valu une popularité instantanée, et qui avait attiré de nombreux clients. L'ex-criminaliste semblait promise à un brillant avenir professionnel.

Or, le 9 mai 2012, en plein procès à Montmagny, Jessie Bérubé a été prise de convulsions, essayant même, lors de son transport à l'hôpital, de mordre les ambulanciers.

Les médecins ont conclu à une surconsommation de drogue. L'un d'eux a d'ailleurs retrouvé de la cocaïne dans le sac à main de l'avocate.

Une perquisition menée le lendemain à son domicile a permis aux policiers de saisir 12 grammes de cannabis.

Puis, lors d'une seconde enquête, les policiers sont parvenus à intercepter un message texto d'un client, qui avait commis une agression, et dans lequel l'avocate lui conseillait de trouver un alibi solide, ce qui constitue une entrave à la justice.

L'ex-criminaliste, qui est aujourd'hui enceinte, a plaidé coupable. Elle affirme cependant qu'elle s'est reprise en main, depuis. Elle a notamment suivi une thérapie.

Jessie Bérubé reviendra en cours le 1er mai pour la détermination de sa peine. En mai dernier, elle a été radiée du Barreau du Québec pour une période de18 mois.