NOUVELLES
04/02/2014 10:43 EST | Actualisé 06/04/2014 05:12 EDT

Afrique du Sud : violences entre mineurs en grève et policiers

La reprise des négociations entre les mineurs sud-africains représentés par le syndicat Amcu et les trois plus importants producteurs mondiaux de platine s'est faite dans la violence, mardi.

La police a indiqué par communiqué avoir dispersé 3000 grévistes qui bloquaient une route menant à une mine de platine près de Rustenburg, dans le nord du pays. Les forces de l'ordre disent avoir utilisé des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes pour rétablir le calme.

Les mineurs récalcitrants ont été qualifiés de « violents » par la police. Ils brandissaient « des armes dangereuses comme des cannes traditionnelles et des bâtons, bloquaient la route et menaçaient de déloger les travailleurs non grévistes à la mine », selon le communiqué.

Deux personnes ont été arrêtées pour violence publique dans ce qui s'est avéré être le premier incident sérieux de cette grève qui est bien loin de rappeler les violences brutales qui avaient marqué l'automne 2012 au pays.

Grève majeure

80 000 mineurs employés par les trois plus gros joueurs de l'industrie du platine, dont Lonmin, propriétaire de la mine de Marikana où avaient eu lieu les violences en août 2012, sont en grève depuis le 23 janvier. Ils demandent une augmentation salariale déjà réclamée lors de la précédente grève.

L'Afrique du Sud produit 70 % du platine mondial. La Chambre sud-africaine des mines estime à 27 millions d'euros le manque à gagner quotidien causé par l'arrêt de travail.

Les trois groupes industriels concernés, Anglo American Platinum (Amplats), Impala Platinum (Implats) et Lonmin, se font discrets depuis le début des négociations, qui se déroulent à Pretoria.