NOUVELLES
03/02/2014 01:13 EST | Actualisé 05/04/2014 05:12 EDT

Un faux Chagall pourrait être détruit pour dissuader les faussaires

Un homme d'affaires britannique amateur d'oeuvres d'art a qualifié lundi de "bizarre" la perspective de voir détruit un faux tableau de Chagall qu'il avait acquis pour 100.000 livres, pensant alors qu'il s'agissait d'un vrai.

Martin Lang avait dépensé 100.000 livres (121.000 euros ou 163.000 dollars) en 1992 pour l'achat de ce tableau, un nu, qui lui avait été présenté comme un original du peintre figuratif (1887-1985).

Pour une émission télévisée de la BBC sur les contrefaçons dans l'art, le tableau a été examiné par des experts et envoyé au comité Chagall à Paris pour authentification.

Martin Lang, promoteur immobilier, a alors découvert avec stupéfaction que le comité considérait l'oeuvre comme un faux, et qu'en vertu de la loi française elle devait être détruite.

Le comité, qui a conservé la peinture, s'est refusé à tout commentaire lundi mais a indiqué à l'AFP qu'il se réunira mardi et devrait publier un communiqué dans la foulée.

"D'après ce que j'ai compris, ils veulent détruire la peinture en présence d'un magistrat", a déclaré sur la radio BBC Martin Lang, lundi.

"C'est bizarre (...)Je comprends que le comité veuille dissuader les faussaires, mais cela ne va pas les dissuader selon moi, cela va simplement dissuader les honnêtes gens de présenter leurs oeuvres pour qu'elles soient authentifiées."

Martin Lang a précisé avoir écrit au comité Chagall pour lui proposer d'inscrire la mention "faux" au dos de la peinture et de la lui renvoyer. Il attend leur réponse, a-t-il ajouté.

Le comité Chagall est dirigé par les petits-enfants de l'artiste pour protéger la réputation du peintre dans le monde, dont les oeuvres peuvent se vendre des millions d'euros.

gj-bed/dh/bir