NOUVELLES
03/02/2014 04:20 EST | Actualisé 05/04/2014 05:12 EDT

Le tiers de l'Équateur est touché par des éruptions volcaniques

QUITO, Équateur - Un nuage de cendres s'est élevé à plus de 4,0 kilomètres au-dessus du volcan Tungurahua, lundi, affectant le tiers des provinces de l'Équateur et forçant la fermeture de certaines écoles et l'interruption momentanée du trafic aérien d'un aéroport régional.

Une dizaine de puissantes émissions de cendres se sont enchaînées dans la nuit de dimanche à lundi et pouvaient être entendues à des kilomètres à la ronde. Le volcan, qui culmine à plus de 5000 mètres de hauteur, se trouve à 140 kilomètres au sud de Quito, la capitale équatoriale.

Aucune coulée de pyroclastites — des débris de roches magmatiques projetés à grande vitesse —, n'a été éjectée du volcan depuis samedi, selon une spécialiste l'Institut national de géophysique, Fernanda Naranjo.

L'une de ces coulées incandescentes a terminé sa course à moins de 1,6 kilomètres d'une autoroute, indiquait-on dans une note publiée sur le site web de l'institut. Mais aucune d'entre elles n'a atteint les villages environnants, dont les résidants ont tout de même été évacués pour la nuit avant d'être autorisés à retourner à la maison pendant la journée. L'activité du volcan a repris vers la fin de la semaine dernière pour une première fois depuis octobre dernier.

Dans sa note publiée lundi, l'Institut national de géophysique a indiqué que selon toutes vraisemblances, le volcan Tungurahua continuera à être actif et produira de faibles coulées de pyroclastites.

Les cendres projetées par le volcan ont forcé la fermeture de l'aéroport de Cuenca, la troisième ville en importance au pays, dimanche. Les autorités ont demandé l'évacuation volontaire de centaines de personnes vivant à proximité du volcan, distribuant des masques pour empêcher qu'elles n'inhalent des cendres.

Actif depuis 1999, les éruptions de ce volcan avaient fait en 2006 quatre victimes et deux disparus.