NOUVELLES
03/02/2014 08:38 EST | Actualisé 05/04/2014 05:12 EDT

Labeaume brille par son absence

Le conseil municipal de Québec a été marqué par l'absence du maire, toujours à New York en raison du retard de son vol. Le maire a assisté au match du Super Bowl dimanche, mais n'a pu revenir lundi comme prévu.

C'est toutefois son absence au lancement du Carnaval de vendredi soir qui a retenu l'attention, une absence difficile à justifier selon le chef de l'opposition, Paul Shoiry.

« Le Super Bowl était dimanche soir, alors moi vendredi soir j'étais au Carnaval. Puis dimanche soir j'ai écouté le Super Bowl à la télé. C'est possible de mâcher de la gomme et de marcher en même temps », a dit Paul Shoiry.

Selon la conseillère municipale Anne Guérette, plusieurs citoyens ont déploré l'absence de Régis Labeaume pour la soirée de couronnement de la première reine du Carnaval en 18 ans.

« Une chose est certaine, les citoyens et les gens au Carnaval ont vraiment manifesté leur déception. On l'a entendu beaucoup en fin de semaine. »

Le maire devait revenir à temps pour la séance du conseil, mais le mauvais temps a cloué au sol plusieurs avions à Newark.

Des questions sans réponse

L'opposition trouve le maire peu bavard sur ses démarches quant à l'avenir du Loews Le Concorde. L'administration du maire devait étudier le dossier et en faire part à son retour de vacances à la mi-janvier. Paul Shoiry dit toujours attendre des nouvelles du maire et de son équipe là-dessus.

« Est-ce qu'il a communiqué avec de grandes chaînes hotelières à travers la planète ? On souhaiterait que l'immeuble ne reste pas vacant après la fermeture. On est préoccupé par l'avenir de cet immeuble. »

Le projet du Groupe Savoie, qui prévoit transformer l'immeuble en appartements pour personnes âgées autonomes, est jugé intéressant par les groupes de citoyens consultés a soutenu la conseillère Anne Guérette.  

« Les trois comités citoyens se sont prononcés. À défaut d'hôtel finalement, tout le monde est d'accord pour une vocation résidentielle. Alors si le maire accepte la vocation, il n'y aura pas de tollé de la part des citoyens, c'est déjà garanti par des lettres citoyennes », a tenu à préciser la conseillère.