NOUVELLES
02/02/2014 05:57 EST | Actualisé 04/04/2014 05:12 EDT

Yémen: tir d'un obus et explosion d'une voiture piégée près de l'ambassade de France à Sanaa, pas de victime (police)

Un obus de mortier a été tiré dans la nuit de dimanche à lundi en direction de l'ambassade de France à Sanaa, sans la toucher, et une voiture piégée a explosé à quelques centaines de mètres plus loin, dans le quartier diplomatique de Hadda, selon une source policière.

L'obus est tombé au niveau d'un bloc de béton installé, pour des raisons de sécurité, dans une rue conduisant à l'ambassade française, a précisé à l'AFP la source policière, ajoutant que peu après un engin placé dans une voiture garée sur l'avenue principale de Hadda, a explosé.

"Les deux attaques, survenues après minuit, n'ont pas fait de victime", a affirmé la source policière.

"L'obus s'est écrasé à une trentaine de mètres du mur d'enceinte de l'ambassade de France", alors que la voiture piégée qui a explosé "était garée à mi-chemin entre la chancellerie et la résidence de l'ex-président Ali Abdallah Saleh" à Hadda, a expliqué la même source.

Quelques minutes plus tôt, deux autres explosions ont secoué le centre de la capitale yéménite où deux engins placés dans un mini-bus, garé non loin du ministère de la Défense, ont explosé, sans faire de victime, a indiqué une source militaire sur place, interrogée par l'AFP.

Les actes de violences se sont multipliés au Yémen où le nord du pays est le théâtre de violents combats entre rebelles chiites et fondamentalistes sunnites et alors que la tension est vive dans le Sud où s'est développé un courant sécessionniste.

Al-Qaïda est par ailleurs très actif dans ce pays pauvre de la Péninsule arabique, engagé dans une difficile transition politique après le départ en février 2012 de l'ex-président Ali Abdallah Saleh au terme d'une année de contestation populaire.

Les diplomates et les étrangers en poste à Sanaa sont devenus ces derniers mois la cible d'attaques, parfois mortelles, dont la dernière en date remonte au 18 janvier lorsqu'un diplomate iranien avait été abattu par balles par des inconnus dans le quartier de Hadda.

Le 15 décembre, le consul du Japon avait été blessé à coups de poignard par des inconnus également à Hadda, qui abrite plusieurs missions et résidences diplomatiques.

Le 26 novembre, un Bélarusse a été tué et un autre blessé par des inconnus armés à Sanaa, où les deux hommes étaient, selon un responsable local, sous contrat en tant que conseillers détachés auprès de l'armée.

Les deux Bélarusses ont été attaqués à leur sortie d'un hôtel par des hommes circulant à moto, un moyen de transport souvent utilisé par les partisans d'Al-Qaïda pour mener leurs opérations armées.

Le 6 octobre, un garde de l'ambassade d'Allemagne à Sanaa a été tué en tentant de résister à une tentative de rapt.

mou/tm/abl