NOUVELLES
02/02/2014 07:08 EST | Actualisé 04/04/2014 05:12 EDT

François rend hommage aux femmes: une Eglise sans les soeurs est inimaginable

Le pape François a rendu dimanche un hommage fervent au rôle des 700.000 soeurs catholiques dans le monde, sans lesquelles, a-t-il dit, "on ne peut imaginer l'Eglise", et appelé de nouveau à la défense de la vie "dès le sein maternel".

"Réfléchissons: qu'est ce qui se passerait si les soeurs n'existaient pas, les soeurs dans les hôpitaux, les missions, les écoles?", a-t-il lancé à des dizaines de milliers de personnes rassemblées sous la pluie glacée sur la place Saint-Pierre à l'occasion de la prière de l'Angelus.

"Peut-on imaginer une Eglise sans les soeurs? Non on ne le peut pas; c'est ce don, ce levain (...) Qu'elles sont grandes, ces femmes qui consacrent leur vie et apportent le message de Jésus!", a-t-il insisté dans un nouvel hommage appuyé à l'importance des femmes dans l'Eglise.

François a aussi réaffirmé son rejet absolu de l'avortement et de l'euthanasie, sans les citer nommément. Chaque vie, surtout celle des "plus fragiles", doit être "respectée, protégée et promue, dès le sein maternel jusqu'à sa fin sur cette terre", a-t-il dit. Il apportait son soutien aux évêques italiens pour la "Journée de la vie".

Le pape avait célébré une messe dans la basilique Saint-Pierre pour "la vie consacrée" en présence de milliers de religieux et religieuses, les appelant à "n'être jamais rigides, jamais fermées" et à vivre mieux "la rencontre entre jeunes et anciens" dans leurs maisons et couvents.

Il avait affirmé la nécessité que des hommes et femmes se donnent exclusivement dans le célibat à Dieu: "il y a tant besoin de cette présence", qui manifeste "la miséricorde de Dieu".

Cet hommage a été bien reçu après que François eut parfois fustigé "les têtes d'enterrement" de certains religieux ou encore les zizanies infernales régnant dans certaines communautés.

François a consacré d'octobre 2014 à novembre 2015 une "année spéciale" en 2015 aux religieux et religieuses.

Ceux-ci (qui choisissent soit d'être cloîtrés dans des monastères, soit d'être actifs dans le monde) étaient en 2010 54.665 religieux (non comptés les prêtres) et 721.935 religieuses.

Mais les effectifs décroissent, beaucoup se défroquent, certaines communautés meurent, certaines sont mal adaptées aux défis modernes: pour toutes ces raisons sans doute, François a lancé ce grand chantier de "l'année de la vie religieuse".

jlv/abk