NOUVELLES
01/02/2014 03:20 EST | Actualisé 03/04/2014 05:12 EDT

Nouvelles frappes aériennes du gouvernement syrien à Alep: 23 morts

BEYROUTH - Une nouvelle frappe de l'aviation syrienne a eu lieu samedi sur des quartiers rebelles d'Alep, dans le nord du pays, faisant au moins 23 morts dont une famille de huit personnes coincées dans une voiture en feu, ont rapporté des groupes liés aux rebelles.

Au Liban voisin, une voiture piégée a explosé près d'une station d'essence dans une ville chiite, tuant au moins trois personnes.

Des images diffusées sur al-Manar, un réseau lié au groupe chiite Hezbollah, montrait un brasier d'un orange vif et des silhouettes noires qui couraient près de la station, dans la ville de Hermel, près de la frontière syrienne dans le nord-est du Liban.

La Croix-Rouge du Liban affirme que 18 personnes ont été blessées.

Il s'agissant de la plus récente d'une série d'attaques visant la communauté chiite libanaise liées à la guerre en Syrie, où les tensions religieuses se sont intensifiées jusqu'aux affrontements.

Des groupes sunnites ont revendiqué la responsabilité d'une série d'attaques sur des régions chiites au Liban, dont un attentat à la bombe à Hermel vers la fin de janvier. Il affirment qu'ils se vengent du Hezbollah qui a envoyé ses combattants en Syrie pour prêter main forte au président Bachar el-Assad.

La communauté sunnite du Liban a toutefois aussi été touchée, notamment par un double-attentat à la voiture piégée à l'extérieur d'une mosquée sunnite à Tripoli, en août.

À Alep en Syrie, les frappes utilisant des barils de pétrole lâchés depuis les engins aériens du gouvernement ont rasé des édifices résidentiels et forcé des opposants à fuir, ce qui a permis aux troupes gouvernementales d'avancer.

La plus récente attaque a tué 13 personnes dans le quartier al-Bab, selon le centre des médias d'Alep et l'Observatoire syrien pour les droits de l'homme à Londres.

Les explosions ont atteint un camion-citerne, qui à son tour a explosé. Plusieurs véhicules à proximité ont pris feu, dont une qui transportait une famille de huit personnes qui tentait de fuir l'endroit en attendant les hélicoptères approcher.

Une autre vidéo montrait un homme qui sortait une victime calcinée d'un immeuble gravement endommagé.

«Vous voulez une solution politique? Voilà une solution politique!», criait un autre homme en pointant deux cadavres brûlés.

Il faisait référence aux négociations de paix qui ont eu lieu en Suisse la semaine dernière, et qui devaient trouver une solution politique au conflit civil qui dure depuis plus de deux ans en Syrie. La conférence n'a pas donné de résultats tangibles mais pourrait mener à des négociations détournées.