NOUVELLES
01/02/2014 08:21 EST | Actualisé 03/04/2014 05:12 EDT

Militant torturé: un opposant ukrainien dénonce les pressions du pouvoir

L'un des principaux dirigeants de l'opposition ukrainienne, Vitali Klitschko, a dénoncé samedi à Munich les pressions du pouvoir à Kiev sur le militant Dmytro Boulatov, hospitalisé après avoir été enlevé et torturé.

Dmytro Boulatov "est encore hospitalisé en soins intensifs, il ne se sent pas bien et le gouvernement ukrainien essaye malgré tout cela de faire pression sur lui", a dit M. Klitschko en s'exprimant depuis un podium près de l'hôtel où a lieu la Conférence sur la sécurité à Munich.

"C'est étrange: il revient à peine après avoir été enlevé et la police le place en résidence surveillée", a relevé cet opposant. "Le gouvernement commet une erreur en prenant de telles mesures à l'encontre de manifestants".

Le récit de Dmytro Boulatov, un militant d'opposition de 35 ans enlevé le 22 janvier à Kiev et abandonné dans une forêt jeudi après avoir été torturé, a ému jusqu'à Washington et suscité des craintes de répression cachée.

"Nous devons éviter une guerre civile", a dit Vitali Klitschko après s'être entretenu avec le chef de la diplomatie allemande Franz-Walter Steinmeier et avant des rencontres séparées avec le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, et le secrétaire d'Etat américain, John Kerry.

Plusieurs militants ont déjà été passés à tabac ou enlevés, et l'un d'entre eux a été retrouvé mort dans une forêt avec des marques de torture. Une ONG a recensé 33 cas de disparitions d'opposants.

bur-ial/jri/jeb