NOUVELLES
01/02/2014 10:00 EST | Actualisé 03/04/2014 05:12 EDT

Manifestation à Paris contre un gouvernement accusé d'être "familiphobe"

Des dizaines de milliers de manifestants sont attendus dimanche à Paris et à Lyon pour défendre leur vision de la famille traditionnelle contre la "familiphobie" du gouvernement français.

Après s'être mobilisés en masse depuis novembre 2012 contre le mariage homosexuel, les partisans de ce mouvement baptisé "Manif pour tous" ont un nouveau combat: l'ouverture redoutée de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et la gestation pour autrui (GPA).

Dans le viseur des manifestants, le futur projet de loi sur la famille, qui doit être présenté en avril en Conseil des ministres mais qui ne prévoit pourtant aucun de ces projets.

La mobilisation vise à "avertir le gouvernement le plus tôt possible de notre refus de l'ouverture de la PMA aux couples de femmes et de la GPA car tout enfant a besoin d'un père et d'une mère", a expliqué mercredi Ludovine de la Rochère, présidente de la Manif pour tous.

L'ABCD de l'égalité, visant à lutter contre les stéréotypes entre filles et garçons à l'école, a aussi déclenché les foudres de l'association. "Pas touche à nos stéréotypes de genre!", s'insurge la Manif pour tous dans une affiche représentant un petit garçon épée à la main et une petite fille déguisée en fée.

Elle réclame le retrait "immédiat" de cette expérimentation du ministère de l'Education en oeuvre dans dix académies. Cette semaine, de nombreux parents ont préféré ne pas conduire leurs enfants à l'école pour marquer leur opposition à ce programme.

"Pas étonnée de la légitime inquiétude des parents", la Manif pour tous estime que l'Etat "n'a pas à s'immiscer dans des sujets aussi intimes que celui de l'identité sexuelle et à imposer des préoccupations d'adultes aux enfants".

"Aucun débordement"

Une semaine après la forte mobilisation contre le gouvernement de gauche, baptisée "Jour de Colère", et les débordements qui ont suivi - 19 policiers blessés, 226 gardes à vue - , le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a prévenu samedi qu'il ne tolèrerait "aucun débordement" de la part des manifestants.

La Manif pour tous a mobilisé un millier de bénévoles pour assurer l'accueil, un service de sécurité de plusieurs centaines de personnes et plusieurs dizaines d'agents privés.

Saisie par la préfecture de police de Paris, la juge des référés a annulé samedi la présence d'huissiers dans le cortège, auparavant obtenue par la Manif pour Tous qui craignait "des interpellations en nombre (...) à l'aveugle contre d'honnêtes citoyens".

La préfecture s'est félicitée de la décision de la juge, soulignant que "les policiers étaient furieux d'être mis en cause".

pau/ger/glr/mf