NOUVELLES
01/02/2014 11:03 EST | Actualisé 03/04/2014 05:12 EDT

L'Isle-Verte: près d'un millier de personnes se recueillent à la cérémonie

L'ISLE-VERTE, Qc - Profitant d'une cérémonie à la mémoire des victimes disparues dans l'incendie d'une résidence pour personnes âgées, samedi, le fils d'une rescapée a remercié celui qui l'a tirée du lit pour fuir le brasier.

Juste avant d'entrer dans l'église de L'Isle-Verte, où 900 personnes se sont rassemblées pour assister à cette messe, Gilles Moyen souhaitait rencontrer Arnaud Côté, qui a réveillé sa mère Jeannette D'Auteuil en frappant sur son mur en pleine nuit il y a dix jours.

«J'étais content de la voir vivante parce qu'en apprenant la nouvelle, j'étais certain qu'elle était passée dans le feu, a-t-il dit. Ce qui l'a aidée surtout, c'est M. Côté. J'espère pouvoir le voir aujourd'hui, je vais pouvoir le remercier.»

Mme D'Auteuil, âgée de 87 ans, est au nombre des trois voisines que M. Côté, lui-même âgé de 84 ans, a aidé à prendre la fuite durant l'incendie qui a ravagé l'immeuble de 52 logements où il habitait lui aussi.

M. Moyen, qui réside à Longueuil mais dont la famille est originaire de la région, a affirmé que sa mère, qui a des problèmes d'audition, aurait eu beaucoup de difficulté à s'en sortir sans l'intervention de son voisin, qu'elle a depuis eu l'occasion de remercier.

«Sans lui, ma mère ne serait plus ici, je suis presque sûr, il faut que je le remercie», a-t-il dit

En sortant de l'église de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste, M. Côté a affirmé qu'il avait croisé M. Moyen durant la cérémonie.

«Il est venu me remercier», a-t-il dit.

M. Côté, qui est maintenant installé dans une autre résidence pour personnes âgées de L'Isle-Verte, est demeuré modeste devant cette manifestation de reconnaissance.

«Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise?, a-t-il demandé aux journalistes. Je l'ai sauvée. J'ai eu de la misère à la réveiller par exemple. Sa porte était barrée, je n'ai pas pu rentrer dans l'appartement. Il a fallu "fesser" à coup de poing dans le mur. Mais elle s'est réveillée.»

Le dernier bilan de la tragédie, dressé samedi par la Sûreté du Québec, s'élevait à 27 décès et cinq disparus. Dix victimes ont été identifiées jusqu'à maintenant par le Bureau du coroner.

Dans l'église bondée, où se trouvaient le premier ministre Stephen Harper ainsi que son homologue québécoise Pauline Marois, le curé Gilles Frigon a affirmé samedi que personne ne méritait une fin aussi tragique.

M. Frigon a invité son auditoire, composé de nombreux proches des victimes, à honorer leur mémoire en allant de l'avant malgré la douleur.

«On est appelé par cet événement à grandir, non pas à écraser, a-t-il dit. C'est surtout pas ce que nos chers disparus voudraient.»

Selon M. Frigon, qui a connu plusieurs des personnes âgées habitant à la Résidence du Havre, où il célébrait régulièrement la messe, les victimes de l'incendie souhaitent que leurs proches tirent des leçons de la tragédie.

«Ils nous diraient: "réveillez-vous, allez de l'avant", a-t-il dit. C'est ce que je vous souhaite et je suis persuadé que chacun de nous, nous allons nous relever et devenir des hommes et des femmes meilleurs.»

Devant l'autel, des objets rappelant les disparus avaient été disposés: une chaise berceuse, un châle, des fleurs, un banc, comme celui qui se trouvait dans l'entrée de la résidence. Des photos des résidants disparus avaient aussi été affichées sur un grand tableau installé à la droite de l'autel.

Après la cérémonie, M. Harper a été le premier à s'adresser aux médias à la sortie de l'église.

«Nous avons tous des parents, des aînés qui sont vulnérables et une telle tragédie brise le coeur de tout le monde, a-t-il dit. Je pense que toute la population ici aura un soulagement par les prières de tous les autres.»

S'adressant à son tour à la presse, Mme Marois a aussi renouvelé son soutien à la communauté éprouvée à la suite de l'incendie du 23 janvier, survenu en pleine nuit.

«J'ai le goût tout simplement de dire à cette communauté: prenez soin des gens qui restent, qui sont autour de vous et qui ont besoin de vous», a-t-elle dit.