NOUVELLES
01/02/2014 01:11 EST | Actualisé 03/04/2014 05:12 EDT

Accord nucléaire: l'Iran reçoit un 1er versement de 550 millions de dollars

Un premier versement de 550 millions de dollars issus des avoirs gelés de Téhéran a été versé sur un compte suisse dans le cadre de l'accord nucléaire de Genève, a déclaré samedi le vice-ministre des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, cité par l'agence Isna.

"La première tranche de 550 millions de dollars a été versé sur un compte d'une banque suisse, et toutes les mesures ont été accomplies conformément à l'accord", a déclaré M. Araghchi.

L'accord de Genève, conclu le 24 novembre dernier entre l'Iran et les pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne) prévoit, pour une durée de 6 mois, la levée partielle des sanctions occidentales et notamment le déblocage de 4,2 milliards de dollars des avoirs bloqués de l'Iran, en huit tranches, en contrepartie de la suspension d'une partie des activités nucléaires iraniennes.

L'Iran a suspendu, conformément à l'accord entré en application le 20 janvier, son enrichissement d'uranium à 20%, et a commencé à transformer son stock d'uranium à 20% en combustible nucléaire ou en uranium enrichi à 5%.

En contrepartie, les pays occidentaux ont commencé à assouplir leurs sanctions économiques.

De son côté le chef de l'Organisation de l'aviation civile, Alireza Jahanguirian, a annoncé que dans le cadre de l'accord de Genève, l'Iran allait "recevoir d'ici deux semaines" les premières pièces de rechange pour sa flotte civile, sans donner plus de détails, a rapporté l'agence officielle Irna.

Les Etats-Unis imposent depuis de nombreuses années des sanctions empêchant Téhéran de recevoir des pièces détachées pour sa flotte civile.

L'Iran et les pays du groupe 5+1 doivent reprendre leurs négociations le 19 février, afin de tenter de trouver un accord définitif pour mettre fin à la crise du nucléaire iranien.

L'Iran a déclaré vouloir démontrer le caractère uniquement pacifique de son programme nucléaire dans le cadre de ces négociations pour répondre aux inquiétudes occidentales, qui soupçonnent Téhéran de chercher à fabriquer l'arme atomique.

sgh/cbo