NOUVELLES
31/01/2014 08:54 EST | Actualisé 02/04/2014 05:12 EDT

Un site nucléaire britannique fait état de niveaux élevés de radiations

LONDRES - Le plus important site nucléaire d'Europe ne fonctionnait plus qu'avec des effectifs réduits, vendredi, après que des niveaux anormalement élevés de radiations aient été détectés.

Les responsables du site de retraitement nucléaire de Sellafield, dans le nord-ouest du Royaume-Uni, ont indiqué par voie de communiqué que des niveaux élevés de radiations ont été mesurés dans la partie nord du site. Le communiqué ajoute que la situation ne présente aucun risque pour le grand public ou les employés.

On retrouve aussi à Sellafield deux anciennes centrales nucléaires en voie d'être déclassées.

Seulement les travailleurs essentiels se sont présentés au travail vendredi mais la station nucléaire continue à fonctionner normalement, ont dit les dirigeants.

La compagnie a dit avoir choisi de n'utiliser que ses employés essentiels pour lui permettre de faire progresser son enquête.

Un expert de l'Institut nucléaire Dalton de l'Université de Manchester a expliqué à l'Associated Press qu'il est étrange que des niveaux élevés de radiations aient été décelés dans le nord du site, mais non dans les installations principales.

Le retraitement nucléaire comprend la séparation de l'uranium et du plutonium des déchets nucléaires pour leur réutilisation comme carburant, et le traitement des déchets en vue de leur entreposage. Du retraitement nucléaire se déroule à Sellafield depuis plus de 50 ans.

Le site de Sellafield est critiqué depuis longtemps par les militants antinucléaires, qui dénoncent un risque élevé d'accident et prétendent que les installations représentent une cible de choix pour les terroristes. Ils soulignent que plusieurs fuites et autres problèmes s'y sont produits au fil des ans.

Le site a aussi fait l'objet d'une longue querelle entre le Royaume-Uni et l'Irlande, qui craignait que les déchets nucléaires de Sellafield ne viennent polluer la mer d'Irlande.

Le gouvernement britannique a l'intention de construire un nouveau réacteur nucléaire à Sellafield d'ici 2025.